Archives de Tag: jouets

Prêter ses jouets ? – 2

Par défaut

Dans le premier billet, je faisais part des difficultés rencontrées parfois avec Fiston lorsque d’autres enfants venaient chez nous, et de la mise en pratique de la solution choisie, à savoir un réaménagement du salon et une part de jouets « pour tout le monde » beaucoup plus importante. J’annonçais aussi la venue imminente d’une amie accompagnée de ses 3 enfants.

Isa et les garçons sont venus et repartis, et, comment dire… Je ne sais pas à quel point c’est lié à la nouvelle organisation, mais tout s’est déroulé à merveille.

Juste avant leur arrivée, j’avais terminé de remplir les étagères avec diverses choses pour tout le monde et occulté la colonne contenant les affaires que Fiston ne voulait pas prêter, avec du papier et de la patafix : c’était moche, mais Fiston a trouvé ça très beau – je pense qu’à ses yeux, la finalité primait sur l’apparence. Ses gros jouets étaient dans notre chambre. Résultat, je crois qu’il sentait ses affaires (et sans doute lui-même par extension) « en sécurité ». Pour nos petits visiteurs, ce n’était pas compliqué : tout ce qui était visible était pour tout le monde. Et il n’y a eu aucun problème. Fiston a même voulu de lui-même de prêter certaines de ses affaires : ses feutres neufs, et son téléphone fétiche – détail amusant, celui-là, il l’avait sorti seulement pour les « grands garçons » : lorsque le plus jeune a tenté de le prendre, il y a eu un « non ! » retentissant, c’était seulement pour les grands. Il y a eu des échanges, notamment de petites voitures : chacun y a trouvé son compte (les adultes aussi : pour ma part, notamment, je ne suis pas près d’oublier le gros câlin de l’aîné).

Il n’y a pas que dans la maison que ça s’est bien passé. Au parc aussi, Fiston a joué avec et au milieu des enfants (les 3 d’Isa + 2 de ses petits copains habituels), en partageant les seaux et autres rateaux. Certaines fois, des interactions qui avaient l’air de mal commencer se sont finies en un grand moment de complicité et de rigolade – car nous ne sommes pas intervenues. Le lendemain matin, malgré le temps plus que maussade, il y a eu une séance aquatique sur la terrasse et un chouette moment aussi avec les 3 « grands » qui sautaient dans les flaques.

Finalement, le seul point négatif pour nous a été qu’Isa et les garçons ont dû repartir quelques heures plus tôt que prévu, car je crois que personne n’en avait envie. Au cours d’une dernière négociation, Fiston a hérité d’un âne gonflable rouge (« C’est ma couleur préférée ! ») en échange de 2 petits jouets. Depuis, il abreuve son âne de « je t’aime ! », « tu es mon ami ! », de « je veux le garder tellement qu’il est beau ! », et il le trimballe partout avec lui.

Des amis pour la vie !

Au moment du départ, j’ai demandé à Fiston s’il s’était bien amusé : grand sourire en hochant la tête. S’il voulait qu’ils reviennent nous voir : même réponse. Si on irait les voir aussi : même réponse.

Ce matin, en se réveillant, il m’a demandé s’ils étaient encore là et était très déçu que ce ne soit pas le cas. Il m’a dit : « je veux qu’ils soient tout le temps dans notre maison ! », et quand je lui ai répété qu’on irait les voir un jour, il m’a demandé, les yeux pleins d’espoir : « Aujourd’hui ? »

Publicités

Prêter ses jouets ?

Par défaut

Sujet épineux s’il en est, en tout cas chez nous.

Nous sommes toujours partis du principe que les jouets de Fiston étaient à Fiston et que c’était lui qui décidait de les prêter ou non. Quand il était bébé il s’en fichait, bien entendu, puis la phase possessive est apparue.
Au fil du temps, c’est devenu parfois problématique.

Quand on va chez les autres, tout va bien. Fiston emporte quelques jouets à prêter pour faire des échanges. Il demande toujours avant d’emprunter quelque chose, et ne prend rien sans la permission de son propriétaire (un point très appréciable à mes yeux) même s’il peut se montrer insistant. Certains des enfants prêtent sans aucun souci tous leurs jouets (notamment dans les fratries), d’autres moins facilement (notamment les enfants uniques, eh oui, big surprise : je sais bien que de ce point de vue-là être enfant unique n’est pas l’idéal, mais si tout s’était passé comme prévu ou du moins raisonnablement mal, nous serions déjà depuis longtemps dans cette *censurée* de maison avec des pièces communes, et Fiston cohabiterait avec Loulou depuis des mois… *respire à fond*), et c’est là que le troc montre sa redoutable efficacité.

Quand les autres viennent chez nous, c’est plus compliqué, surtout s’ils n’apportent rien à échanger, justement. Et donc, il y a quelques mois, on se retrouvait parfois dans des situations peu confortables, étant donné que :

  • tous les jouets disponibles chez nous appartenaient à Fiston,
  • il était dans une période où il n’avait pas envie de prêter quoi que ce soit (sauf pour faire des échanges, mais là je parle des cas où il n’y avait rien à échanger),
  • nous tenions toujours à ce que ce soit Fiston qui décide de prêter ou non ses affaires,
  • nous tenions tout autant à ce que les enfants venant chez nous passent un bon moment – ce qui n’est pas vraiment compatible avec le fait de jouer à Tantale au pays des jouets pendant des heures.

Nous arrivions quand même sans trop de mal à persuader Fiston de prêter 2-3 choses, mais généralement ce n’étaient pas du tout celles qui intéressaient les autres. Forcément. Ce qui, du coup, blessait Fiston, chagriné qu’il était de voir ses jouets chéris méprisés alors même qu’il faisait un gros effort pour les prêter. ^^
Dans ces cas-là, l’une des seules choses qui fonctionnaient, c’était la musique : Fiston adore jouer du piano, du synthé ou de l’harmonica avec les autres.

La solution, au moins temporaire, coulait de source à mes yeux : ne plus avoir d’amis ne plus les inviter faire en sorte que tout ne soit pas qu’à Fiston.
Petit à petit, j’ai commencé à récupérer ou acheter des trucs en le prévenant que ça, c’était pour tout le monde. Des jeux de société pour commencer. Au fil des mois, j’ai constitué un petit stock « de secours » histoire de m’assurer que les enfants venant chez nous pourraient au moins dessiner, faire de la pâte à modeler, peindre, coller des gommettes, feuilleter des livres, faire un puzzle, jouer au ballon, aux Tips, s’amuser avec des aimants, etc.
Maintenant, sauf raison précise (anniversaire, Noël, maladie…), j’achète ou je récupère pour tout le monde. Beaucoup plus simple à gérer. Fiston dispose encore d’une bonne quantité de jouets sur lesquels exercer s’il le souhaite son droit de propriété – ou son envie de prêt – car je pense toujours que c’est important. Et quand des enfants doivent venir, je préviens Fiston que s’il ne veut pas prêter certaines choses qui sont normalement dans le salon, il aille les planquer dans notre chambre.
Ce w-e, j’ai tenté un nouvel aménagement du salon, avec une étagère entièrement consacrée aux jeux et jouets pour tout le monde. Fiston a eu l’air d’approuver le principe. Il a même de son propre chef décidé d’y placer quelques-uns de ses chiffres en bois, et pour le moment il parle avec beaucoup d’enthousiasme d’Isa et de ses 3 enfants (qu’il ne connaît encore qu’en photo) qui vont passer 2 jours chez nous prochainement.

Verdict à venir bientôt, donc 🙂