Archives de Tag: bricolage

DIY : une table lumineuse

Par défaut

Fiston s’intéresse aux films d’animation, depuis un certain temps. Et il s’y essaye de temps en temps. Il y a quelques mois, par exemple, il avait patiemment pris environ 80 photos de son circuit de petit train, en bougeant le train entre chaque, en tournant le pied de l’appareil au fur et à mesure, et on en avait fait un gif animé plutôt sympa.

Il tentait d’en faire parfois en dessinant, mais il avait un peu de mal. Il y a une semaine, je l’ai vu s’user les yeux à dessiner sur des feuilles superposées pour réaliser un dessin animé de Flash McQueen et Martin, et du coup je lui ai proposé de lui bricoler une table lumineuse pour qu’il puisse plus facilement voir le dessin de la feuille d’en-dessous.
Ça n’allait pas être une table de pro, mais au moins ça lui faciliterait la vie, et ça ne nous coûterait quasiment rien.

Fiston était partant.

On a décidé d’utiliser pour ce faire son bureau actuel, dont le dessus se soulève.

bureau

Le bureau, avant transformation.

 

On avait déjà une plaque de plexiglass, suffisamment épaisse, quasiment aux bonnes dimensions. Des redécoupes ont quand même été nécessaires (et Fiston a fait un vitrail ensuite en peignant la plus grande des chutes), à l’aide d’un cutteur et d’une scie à métaux.

Plexiglass en cours de découpe.

Plexiglass en cours de découpe.

Ensuite, c’est le moment de découper le bureau : on a choisi d’y faire un trou au format A4 (à la scie sauteuse).

Que de sciure, que de sciure.

Que de sciure, que de sciure !

Une fois la sciure dûment aspirée par un Fiston très motivé, il ne reste plus qu’à installer l’éclairage (on a choisi des lampes à leds qu’on allume en appuyant dessus, et dont le support se fixe simplement avec un adhésif) et la plaque de plexiglass par-dessus le trou.

Essai avec les lampes (pas encore fixées), et Petite Puce qui a sauté sur le plexiglass juste au moment de la photo.

Essai avec les lampes (pas encore fixées), et Petite Puce qui a sauté sur le plexiglass juste au moment de la photo.

 

dessin_table_lumineuse

Test avec 2 feuilles superposées (celle du dessus est orange, ne me demandez pas pourquoi).

La table lumineuse est finie, ou quasiment (je compte y ajouter un système de fixation pour les feuilles, histoire qu’elles risquent moins de bouger au milieu d’un dessin).
À noter que grâce à la grande plaque de plexiglass, toute la surface du bureau reste utilisable pour d’autres activités.

Concrètement, on a juste acheté les lampes, ce qui a dû nous revenir à une quinzaine d’euros. On aurait pu trouver un éclairage pour moins cher, je pense, mais on a choisi celui-ci pour plusieurs raisons :
– ce sont des lampes qui ne chauffent pas ;
– pas besoin de placer le bureau près d’une prise, ce qui aurait pu être problématique dans la chambre de Fiston ;
– on peut très facilement en enlever une ou plusieurs quand Fiston ne se sert pas de sa table en mode lumineux, pour les utiliser ailleurs (par ex Fiston peut en mettre une à côté de son lit pour avoir une lumière à portée de main la nuit quand il a soif ou a perdu une peluche).

Reste maintenant à voir si Fiston trouvera sa table vraiment pratique à l’usage. 🙂

Magicien…

Par défaut

Fiston ayant découvert les baguettes magiques dans une histoire du dernier Tralalire, il en a voulu une pour son propre usage (je tremble ^^).

Son vœu fut exaucé grâce à :

– une branche de noisetier presque droite ;
– du carton, une règle, un crayon, un cutter ;
– de la colle (de riz par exemple) ;
– du scotch (recyclé) ;
– du joli papier cadeau de récup, 1 rouge et 1 bleu.

Abracadabra… Et voilà un petit magicien ! 🙂

Bricoler un mini-panier de basket

Par défaut

Cela faisait un bout de temps que j’avais promis à Fiston de lui fabriquer un petit panier de basket à l’occasion.
Aujourd’hui, profitant de la douceur de la journée (qui nous a permis de passer tout l’après-midi dans le jardin, bien agréable !), j’ai bricolé la chose suivante :

Y a plus joli, on est d’accord ^^, mais on trouve difficilement plus simple à réaliser et moins cher.

Ce panier est constitué d’un rameau de forsythia (mais ça pourrait être du noisetier, du saule, n’importe quoi d’assez long et souple) enfilé dans un filet contenant autrefois des oignons, ouvert des 2 côtés.
J’ai réuni les 2 extrémités du rameau à l’aide d’un bout de fil de fer plastifié (piqué à un rosier qui n’avait plus besoin de tuteur), et un autre morceau du même fil sert à fixer sommairement l’ensemble à un arrêt de volet, puisque c’est le nom officiel de la chose, apparemment (j’aurai enrichi mon vocabulaire en écrivant ce billet).

Ça a l’air relativement solide, en tout cas suffisamment pour un usage normal.
Et en tout cas, moche ou pas, ça a plu 🙂

Panier !

Activités & bricolages du jour

Par défaut

Hier, par cette belle journée d’automne, Fiston et moi avions la pêche !

Petit tour en vélo pour aller inspecter la construction d’une maison à 1 km de chez nous et repérage de toutes les bétonnières des environs.
Au retour, comme on n’avait pas envie de s’enfermer alors qu’il faisait si beau, Fiston a jardiné pendant que je ratissais un peu. Et puis j’ai eu l’idée de dessiner un circuit au rateau dans le reste des feuilles mortes (dommage, j’avais déjà nettoyé plus de la moitié de l’allée). Mais l’idée a plu, nous avons donc tracé tous les 2 un circuit avec plein de 8, et Fiston l’a parcouru en riant aux éclats sur sa voiture rouge, qui devient vraiment trop petite pour lui mais il s’en fiche.

Un circuit, c’est bien, mais avec des panneaux routiers, c’est encore mieux ! On repêche une boîte en carton dans la poubelle, je découpe 2 ronds, on colle du scotch sur les parties qui devront rester blanches, et voilà Fiston au pinceau et à la peinture rouge pour réaliser un sens interdit flamboyant, puis avec la peinture bleue, un panneau d’obligation de tourner à droite (codifié B21-1. Le sens interdit, c’est le B1. Ne me remerciez pas, c’est un plaisir et je suis certaine que ça vous servira un jour.)

Pas la patience d’attendre que ça sèche complètement. Pendant que Fiston joue au petit pompier qui éteint un feu en choisissant le jet « pulvérisation fine » du tuyau d’arrosage (grâce à C’est pas sorcier, eh oui, encore cette émission, il a bien retenu que c’était plus efficace que le jet bâton pour se protéger et éteindre le feu), j’enlève le scotch, je perce 2 trous dans chaque panneau, j’y glisse un brin de fil de fer plastifié, et j’accroche le tout à des poteaux en plastique (de clôture électrique).
Installation (bancale, y a tellement de cailloux dans le sol que c’est impossible d’enfoncer ça de plus de 2 ou 3 cm) sur le circuit, et roule le petit automobiliste rigolard !

Puis Fiston redevient piéton et part à la chasse aux pommes de pin, glands et feuilles. D’abord pour « donner à manger à tous les animaux ». Puis j’apporte des cure-dents et, assis sur l’herbe (mouillée), nous transformons nos trouvailles en bestioles : 1 gland pour la tête, 1 gros pour le corps, 4 petits pour les sabots, des cure-dents en guise de cou, pattes et queue et voici une girafe ! 1 gland et 8 demi-cure-dents pliés, c’est une araignée ! Fiston en a planté dans des morceaux de bois pour créer 3 mille-pattes : le papa, la maman, et le bébé. Pour finir, 2 glands, 2 cure-dents, 2 grandes feuilles de chêne, et c’est une chauve-souris qui est venue se poser à côté de la girafe. Vraiment pas à l’échelle mais on les trouve jolis, nos animaux.

De retour à la maison, bien au chaud, place à l’expérimentation au gré de nos humeurs et du moment. Fiston éprouvant un certain intérêt pour les moulins à sel et à poivre ces jours-ci, je lui propose de mouliner au-dessus d’un récipient. Au sel nous rajouterons un peu d’eau chaude, nous regarderons le sel se dissoudre, puis placerons le ramequin sur le radiateur. Quelques heures après, récupération de cristaux de sel  et on recommence.
(La veille, nous avions profité d’un moulinage de sel pour nettoyer des pièces de monnaie, en y ajoutant un peu de vinaigre blanc.)
Avec le poivre, on s’est marré et on a même étonné le Barbu : moudre un peu de poivre au-dessus d’un récipient contenant de l’eau. Le poivre flotte. Tremper un doigt dans du savon liquide (gel douche, liquide vaisselle, nous avons pris un reste de produit pour faire des bulles de savon) et le plonger dans l’eau : le poivre s’écarte à toute vitesse, comme s’il avait peur. Très amusant.
(Pour l’explication : le savon liquide est un tensioactif. Dès qu’il entre en contact avec l’eau, il recouvre sa surface, repoussant le poivre par la même occasion.)

Après le dîner, encore 2 expérimentations / bricolages :

– Le « vinaigre qui danse », manip’ trouvée dans cette vidéo de la Boîte à bidouilles (un must, ce site !). On a fait les couleurs en mélangeant le vinaigre blanc avec un chouia de peinture rouge pour commencer, puis de la bleue. Cela faisait comme une lampe à lave. C’était vraiment joli, ces espèces de « blobs » qui montaient et descendaient. Au départ. Après, on a fini avec un truc violet immonde mais fort gazeux / mousseux, qu’on n’ose même plus libérer du bocal. On ne sait jamais, quand on voit ce que certains arrivent à faire avec 5 produits chimiques

– Faire des tableaux en relief. On a d’abord utilisé les graines de millet que Fiston s’amusait à transvaser d’un récipient à un autre. Puis je me suis rappelée que le Barbu, en faisant du rangement dans le garage, avait retrouvé une boîte de lait en poudre périmé de plus d’un an. Hop, boîte ouverte, on fait des dessins avec de la colle, on verse le lait en poudre dessus, on secoue doucement, on enlève le surplus et on admire.
La prochaine fois, on ajoutera de la couleur 🙂

Une bonne journée, donc !
Revers de la médaille : Fiston n’avait pas du tout, mais alors pas du tout envie qu’elle se termine, cette journée… ^^

Tips d’automne

Par défaut

Connaissez-vous Fisher Tip ? Moi oui, depuis très peu de temps.

L’automne arrivant, même si on sort tous les jours, que ce soit dans le jardin ou pour voir si les travaux de la maison en train de se construire à 1km de chez nous avancent (non, pas notre maison, rien de neuf de ce côté-là :(), on commence à ressortir un peu plus souvent des placards la pâte à modeler, la peinture, etc. Et j’ai trouvé les Tips sur le site de Brindilles : ce sont des petits boudins en fécule de pomme de terre, colorés, qu’il suffit d’humidifier très légèrement pour les coller entre eux. On peut les couper, les déformer, les malaxer… Ça tient vraiment remarquablement bien, ça a un petit côté magique même pour les adultes (en tout cas pour moi) : on tapote un boudin sur une éponge humide, et hop, ça colle ; même pas besoin de presser comme avec de la pâte à modeler, il suffit de poser le boudin à coller sur un autre, et en une fraction de seconde, le tour est joué.
On peut même peindre avec, paraît-il (je n’ai pas encore compris comment).

J’en ai commandé une petite boîte, pour voir si Fiston allait aimer.

Premier essai, qui a grandi ensuite

Ce genre de boudins (en version non colorée) est parfois utilisé dans les cartons pour protéger les objets fragiles, en remplacement du papier à bulles ou des papiers bouffants. Ça tombait bien, j’en avais encore en stock. Ça tombait bien, dis-je, car à la question « Fiston a-t-il aimé les Tips ? », la réponse est « oh que oui » : il y passe des heures.

En combinant les tips avec des cure-dents, il me fait des animaux de plusieurs mètres de long (je n’exagère pas). Des branches, des cascades, plein de choses.
La première fois qu’il a utilisé le couteau fourni avec la boîte pour couper des rondelles de boudin, il s’est coupé à un doigt. Depuis il est prudent. « Je coupe, mais je fais attention aux petits doigts ! »

J’ai craqué.
J’ai commandé (et reçu) le graaaaaand coffre de Tips. 6000 boudins en fécule de pomme de terre dans un coffre à roulettes, avec des moules pour faire des briques, avec des couteaux et autres bricoles.

Fiston était heureux-heureux.
On va se faire des Tips Party d’enfer avec les copains. 😀

Non, parce que quand même, avec les Tips, on peut aussi faire ça…

Alors, en attendant de pouvoir faire construire en vrai notre maison, on va la faire en Tips ! ^^