Archives de Catégorie: Végé

Au potager…

Par défaut

Pour rappel, nous avons emménagé dans notre habitat groupé en mai-juin l’année dernière, et l’été a été pas mal accaparé par les peintures, la pose des sols, etc.
Malgré tout, on a réussi à mettre en place 3 carrés potager (sans compter quelques légumes à des emplacements parfois peu orthodoxes). La véranda de la petite maison quant à elle s’est révélée une alliée précieuse en se transformant en serre froide pour les semis et autres boutures.

Pour le reste, on a semé des fleurs un peu partout, histoire de faire joli, déjà, et surtout d’attirer les pollinisateurs. Pari réussi : pendant 4 ou 5 mois, le jardin bourdonnait littéralement à longueur de journée. On devait même par moment faire attention de ne pas se prendre d’insectes dans la figure quand on passait dans l’allée tellement il y avait de traffic.

fleurs01

Fleurs courtes en mélange devant la maison.

fleurs03

Fleurs de juin.

fleurs02

Phacélie et sarrasin en juillet…

fleurs04

… et bourdons !

Pour en revenir au potager, compte tenu de son démarrage tardif et du fait que c’était une première (en terme de carrés, mais aussi en terme de potager tout court), ça n’a pas trop mal marché – mis à part l’aubergine, le melon et les poivrons qui ont lamentablement avorté, et les choux chinois qui poussaient mais ne ressemblaient absolument pas ni à la photo du sachet de graines ni à ceux que l’on trouve en magasin.
Pendant les deux derniers mois d’été et une partie de l’automne, nous avons pu nous régaler tous les jours des produits de notre jardin : laitues, radis, carottes, tomates, betteraves, fèves, pois, courgettes, céleri, concombres et divers choux, sans oublier persil, menthe, basilic, ciboulette et estragon pour l’assaisonnement.

Mai 2013. Premier carré, construit en palettes.

Mai 2013. Premier carré, construit en palettes.

carre_02

Le même 3 ou 4 semaines plus tard.

carre_03

Juin. Le deuxième carré est construit (en branches de noisetier) et planté en partie.

carre_04

Juillet. Premier carré…

carre_05

… deuxième…

carre_06

… et le troisième, en planches de chantier, a fait son apparition (les bouts de branches, ce n’est pas pour faire moche exprès, mais pour empêcher les chats de prendre les carrés vides pour une litière géante).

Vue d'ensemble des 3 carrés.

Vue d’ensemble des 3 carrés dans leur champ de phacélie.

carre_08

Les mêmes, en août.

carre_09

Les 2 plants de concombre du 3e carré.

carre_10

Un plant de courgette devant la véranda.

carre13

Un autre plant de courgette, gardé par des soleils.

carre12

Chou-fleur, tomates et céleri-branche : cueillette pour un déjeuner de septembre.

S’y sont ajoutées au fil des mois quelques fraises des bois, groseilles, noisettes, mûres, pommes et framboises, sans oublier les feuilles des chénopodes qui envahissaient le jardin et mangées en salade, en pesto ou en beignet.

Les résolutions pour l’année prochaine : recommencer ce qui a bien fonctionné, agrandir le potager en carrés – passer à au moins 6 carrés au lieu de 3, si possible 9 – mais aussi investir d’autres parties du terrain commun avec d’autres cultures n’ayant pas leur place dans des carrés.
On va tester les pommes de terre en tour, la spirale aromatique, les trois sœurs (avec différentes sortes de courges), les pois chiches, repiquer des fèves un peu partout (c’est super bon, très joli quand ça fleurit, ça attire les abeilles, ça fixe l’azote du sol… c’était mon coup de coeur de cet été), le chou perpétuel type Daubenton… Je compte aussi cultiver du curcuma et du gingembre, qui viennent toujours de super loin mais se mènent a priori comme les dalhias dans nos régions et font en prime de très jolies fleurs, ainsi que des tournesols pour le côté « haie fleurie » et les graines.

Question fruits, un petit cerisier est arrivé à Noël et a été dûment planté ainsi que 3 pêchers de vigne ; nous allons pouvoir récupérer prochainement un nouveau noisetier, un figuier et un prunier chez des amis. Et d’autres fruitiers, petits ou grands, sont prévus dans un avenir proche.

Le but à moyen terme : être le plus autonomes possible en fruits, légumes, légumineuses.
Et pour moi, préparer tranquillement un projet qui me tient à cœur : passer une année entière, végétalienne sans gluten comme d’habitude, mais aussi 100% locavore. Je n’ai pas encore déterminé la taille de la région qui sera considérée comme « locale », mais l’expérience sera évidemment d’autant plus significative que la part de nourriture provenant du potager familial sera élevée.
À suivre, donc. 🙂

Mercredi, c’est veggie – 4

Par défaut

Petit-déjeuner :

Une pomme et quelques cuillères de délice au cacao cru.

Déjeuner :

– Assiette du potager.
À part le tofu fumé, tout est cru et vient de notre potager.

assiette_du_potager

Laitue, mini-carottes, radis, petits choux de Bruxelles, mâche, céleri-branche et chou du pesto, tout juste cueillis. Les mini-carottes proviennent du mini-potager de Fiston, qui n’en est pas peu fier.

tofu_celeri_pesto_chou

Tofu fumé revenu dans un peu d’huile d’olive puis déglacé au vinaigre balsamique, agrémenté de céleri-branche et recouvert de pesto de chou (feuilles de chou de Bruxelles, graines de tournesol, jus de citron, huile de pépin de courge, crumesan, ail)

– Compote crue 100% pomme.

Goûter :

Des rondelles de bananes séchées et une pomme.

Dîner :

– Soupe froide de carotte à la clémentine et au coriandre ;

soupe_carotte_clementine
– crème coco-fraises séchées-bananes, dont une bonne moitié descendue par Fiston qui n’avait pourtant plus faim. ^^

Documentaire Arte : la table verte de Michael Hoffmann – avec Patrik Baboumian

Par défaut

Michael Hoffmann doit relever un défi de taille : rassasier cet athlète d’origine iranienne qui engloutit quotidiennement jusqu’à 7 000 calories ! Dans la cuisine de la mère de l’invité, tous deux préparent un ragout de légumes d’hiver aux saveurs orientales et aux fruits secs, accompagné d’une crème de pois chiches qui apportera les protéines indispensables à notre sportif. Le chef étoilé nous présentera également l’une de ses spécialités : les oignons confits.

Petite précision : Patrik Baboumian est un athlète de très haut niveau, « l’homme le plus fort d’Allemagne 2011 », végétarien depuis 2005 et maintenant végétalien. Le repas préparé pour lui dans ce documentaire est donc un repas 100% végétal.
Michael Hoffmann n’est pas végé, d’après ce que j’ai compris, mais préfère cuisiner les végétaux, surtout ceux provenant de son immense potager.

Documentaire disponible pour quelques jours ici.

Mercredi, c’est veggie – 3

Par défaut

Yeah ! Un mercredi-le-mercredi ^^

Petit-déjeuner :

Crème coco-canneberges-figue (je suis de plus en plus fan de cette crème et de ses variations).

Déjeuner :

– 2 bols de soupe crue (mais chaude) aux 5 C (carotte-curry-cajou-curcuma-coco) ;

soupe_5C
–  « tirawmisu »

tirawmisu

Dîner :

– Pétales de carottes à l’huile d’argan, citron et cumin ;

carottes_citron_argan
– tartare d’algues à l’aneth sur pain des fleurs au sarrasin ;

tartare_algue
– compote crue banane-figue.

Mercredi, c’est veggie – 2

Par défaut

Après avoir sauté un mercredi sans même m’en rendre compte, me revoilà un jeudi (j’y arriverai, j’y arriverai) avec un nouvel exemple de journée crudivore.

Petit-déjeuner :

crème coco-canneberges-banane (avec 1 banane entière cette fois-ci).

Déjeuner :

– salade de chou chinois ;
– « bacon végétal » (aubergine marinée et séchée) ;
– poivrons rouges marinés dans un mélange huile d’olive-dattes-citron-graines de coriandre et déshydratés quelques heures (explosif) ;

chou_chinois_poivrons_aubergine
– en dessert, un smoothie banane-orange.

Dîner :

– salade de chou blanc et de champignons de Paris, sorte d’hybride entre le kimchi de Tout cru dans le bec et une recette perso – j’espérais qu’il en reste pour que ça ait le temps de fermenter mais le Barbu a tout torpillé ;

faux_kimchi– avocat farci avec une sauce clémentines-canneberges séchées (inspirée de la sauce orange-canneberges de Tout cru dans le bec) ;
– smoothie « égyptien » banane-grenade-figue.

Délice au cacao cru

Par défaut

Dans mon ex-magasin bio fétiche d’avant le déménagement, j’avais l’habitude de prendre à chacun de mes passages 1 ou 2 boîtes de ce délice de cacao cru – qui porte bien son nom. Ça n’a rien à voir avec une pâte à tartiner : c’est solide. Ça se détache à la petite cuillère ou au couteau mais ça ne s’étale pas.

Dans mes jours raisonnables, j’en prenais l’équivalent d’une cuillère à café en petits morceaux dans ma salade de fruits du matin. Dans les jours déraisonnables, j’attaquais à la petite cuillère, bientôt rejointe par Fiston ou Loulou, et on ne s’arrêtait que lorsque la boîte était vide.

Composition de la drogue : cacao cru, noisettes et sucre de canne.

Après quelques semaines, ayant gardé les emballages, j’ai décidé de les remplir en m’amusant, non pas à recréer la même chose, mais à m’en inspirer pour concocter un autre délice tout aussi  addictif.
J’ai remplacé le sucre de canne par du sirop d’érable, et les noisettes par des amandes et des noix de cajou, j’ai ajouté un peu de graines de chia pour le liant et d’huile de noix de coco pour l’onctuosité.

Ingrédients :

– 4 càs de cacao cru (fèves, pépites ou directement en poudre selon ce que vous avez) ;
– 1 poignée d’amandes ;
– 1 poignée de noix de cajou ;
– 2 càs de sirop d’érable ;
– 2 càs de graines de chia ;
– 1 càs d’huile de noix de coco.

Préparation :

– Mettez le cacao cru, les graines, les amandes et les noix de cajou dans un blender et mixez jusqu’à ce que le tout soit réduit en poudre, en faisant des pauses de temps en temps pour que les noix et les amandes ne se transforment pas en beurre ;
– Ajoutez le sirop d’érable et l’huile de noix de coco, et remixez jusqu’à ce que le mélange forme une boule qui se décolle des parois.

C’est prêt. Détachez la boule, aplatissez-la dans un pot, lissez le dessus et régalez-vous tout de suite de ce délice encore tiède, ou laissez-le se figer au frigo pour un résultat bien compact.

NB : il est inutile de faire fondre l’huile de noix de coco avant de la mixer, la chaleur dégagée lors de cette étape s’en chargera.

delice_cacao_1

delice_cacao_2

delice_cacao_3

Sauce mayo à la courgette

Par défaut

Eh oui, la courgette crue recèle de multiples possibilités. ^^

Cet été, lorsque nos pieds de courgette donnaient à fond, j’ai fait quelques expérimentations en m’inspirant d’abord de cette superbe page consacrée à l’utilisation de ce légume en alimentation crudivore, puis, une fois convaincue, en concoctant quelques recettes de mon cru (haha).

L’une de celles ayant remporté le plus de succès auprès de tout le monde, omnivores comme végés, a été la sauce mayonnaise à la courgette. On obtient une sauce au goût et à la texture proches d’une bonne mayo allégée : par « allégée », je veux dire qu’on se rend compte qu’on ne mange pas que du gras, et par « bonne », j’entends que c’est vraiment bon.
On ne sent pas du tout le goût de la courgette, qui n’est là que pour apporter du corps et de l’onctuosité à la sauce.

Ingrédients pour un bol :

– 1 càs de purée de noix de cajou ;
– 1 càs de moutarde à l’ancienne ;
– 1/2 belle courgette ;
– 2 à 3 càs d’huile (olive chez moi) ;
– 1 à 2 càs de jus de citron ;
– pincée de sel ;
– épices ou herbes (facultatif).

Préparation :

– Épluchez la courgette, sauf si manger une mayonnaise verte ne vous dérange pas, et coupez-la grossièrement ;
– placez tous les ingrédients – sauf les herbes – dans le mixeur, et mixez jusqu’à l’obtention d’une texture lisse ;
– versez le résultat dans un bol, ajoutez les herbes si vous en mettez, et placez le bol au frigo pour que la sauce se raffermisse.

Pour une mayonnaise vraiment compacte, vous pourrez ajouter 1 càs de graines de chia avant de mixer.
Sinon, cela donnera une sauce parfaite pour napper, ou y tremper des crudités.

 mayo_courgette_1

mayo_courgette_2

Mercredi, c’est veggie – 1

Par défaut

Je reprends l’idée du blog My Vegan Revolution pour vous proposer chaque semaine un exemple de journée végétalienne, mais aussi sans gluten et crudivore – ou quasiment.

Je sais qu’on est vendredi, sisi, je le sais. Mais déjà, quand je décide de commencer quelque chose, j’aime bien m’y coller sans attendre, et puis j’ai encore en mémoire ma journée d’il y a 2 jours (surtout qu’en fait j’ai écrit ce billet hier), alors autant en profiter.
Donc je démarre un vendredi la série des repas du mercredi. Même pas honte. En revanche, comme j’ai bêtement paumé ma machine à remonter le temps, il n’y aura pas de photos pour cette première édition.

Précision : si je n’indique rien niveau boisson, c’est que je n’ai bu que de l’eau, comme c’est le cas la plupart du temps.

Petit déjeuner :

Une banane en rondelles avec quelques grains de raisin, mon mélange fétiche sésame-chia-cacao cru (je sais, je ne devrais pas l’écrire dans cet ordre, mais je vous sais incapables de vous abaisser à des jeux de mots douteux ^^), une pincée de noix de coco séchée, le tout enrobé dans 1 càc de confiture de mirabelles 100% fruit et dégusté lentement pour faire durer le plaisir.

Déjeuner :

– Spaghettis de courgette et sauce tomate crue (inspirée de Tout cru dans le bec) ;
– Soupe crue (mais chaude) à l’indienne, avec une garniture de brocoli, noix de coco, pistaches et noix de cajou (inspirée du même blog) ;
– Salade de chou chinois ;
– Pain des fleurs au sarrasin sous guacamole.

Dîner :

– Salade de chou chinois (même pas un reste de celle du midi, une nouvelle ; on adore tous cette salade, je vous mets bientôt la recette) ;
– Spaghettis de courgette avec un filet d’huile d’olive, du basilic frais, le tout généreusement saupoudré de crumesan ;
– Salade de champignons de Paris, sauce au yaourt de soja, au basilic et à la muscade.
Crème coco-canneberges encore tiède (pas eu la patience d’attendre ^^).

Crème coco-canneberges

Par défaut

Une crème crue toute douce et au goût très frais, parfaite pour finir un repas copieux ou en guise de petit-déjeuner. Et avec seulement 2 ou 3 ingrédients, qui dit mieux ?

J’imagine que la version coco-pomme doit être également fraîche et délicieuse, ce sera mon prochain essai.

Ingrédients :

– une boîte de lait de coco de 200 ml, avec au moins 60% de coco (il faut que le lait se solidifie au froid) ;
– une poignée de canneberges séchées (cranberries, si on veut avoir l’air in)  ;
– 1/2 banane (facultatif).

Préparation :

Sa difficulté est à la hauteur du nombre d’ingrédients. On place le tout dans un bon mixeur, et je vous laisse deviner la suite.
On verse le résultat dans des ramequins, que l’on place au frigo pour quelques heures.
Pour une crème compacte, on peut ajouter une cuillère à soupe de graines de chia au moment de mixer.

Pour mon petit-déjeuner de tout à l’heure, je l’avais préparée hier soir, mise au frigo pour la nuit, et saupoudrée ce matin de graines de sésame et de chia, ainsi que de pépites de cacao cru.

creme_coco_canneberge_1

creme_coco_canneberge_2

creme_coco_canneberge_3