Au potager…

Par défaut

Pour rappel, nous avons emménagé dans notre habitat groupé en mai-juin l’année dernière, et l’été a été pas mal accaparé par les peintures, la pose des sols, etc.
Malgré tout, on a réussi à mettre en place 3 carrés potager (sans compter quelques légumes à des emplacements parfois peu orthodoxes). La véranda de la petite maison quant à elle s’est révélée une alliée précieuse en se transformant en serre froide pour les semis et autres boutures.

Pour le reste, on a semé des fleurs un peu partout, histoire de faire joli, déjà, et surtout d’attirer les pollinisateurs. Pari réussi : pendant 4 ou 5 mois, le jardin bourdonnait littéralement à longueur de journée. On devait même par moment faire attention de ne pas se prendre d’insectes dans la figure quand on passait dans l’allée tellement il y avait de traffic.

fleurs01

Fleurs courtes en mélange devant la maison.

fleurs03

Fleurs de juin.

fleurs02

Phacélie et sarrasin en juillet…

fleurs04

… et bourdons !

Pour en revenir au potager, compte tenu de son démarrage tardif et du fait que c’était une première (en terme de carrés, mais aussi en terme de potager tout court), ça n’a pas trop mal marché – mis à part l’aubergine, le melon et les poivrons qui ont lamentablement avorté, et les choux chinois qui poussaient mais ne ressemblaient absolument pas ni à la photo du sachet de graines ni à ceux que l’on trouve en magasin.
Pendant les deux derniers mois d’été et une partie de l’automne, nous avons pu nous régaler tous les jours des produits de notre jardin : laitues, radis, carottes, tomates, betteraves, fèves, pois, courgettes, céleri, concombres et divers choux, sans oublier persil, menthe, basilic, ciboulette et estragon pour l’assaisonnement.

Mai 2013. Premier carré, construit en palettes.

Mai 2013. Premier carré, construit en palettes.

carre_02

Le même 3 ou 4 semaines plus tard.

carre_03

Juin. Le deuxième carré est construit (en branches de noisetier) et planté en partie.

carre_04

Juillet. Premier carré…

carre_05

… deuxième…

carre_06

… et le troisième, en planches de chantier, a fait son apparition (les bouts de branches, ce n’est pas pour faire moche exprès, mais pour empêcher les chats de prendre les carrés vides pour une litière géante).

Vue d'ensemble des 3 carrés.

Vue d’ensemble des 3 carrés dans leur champ de phacélie.

carre_08

Les mêmes, en août.

carre_09

Les 2 plants de concombre du 3e carré.

carre_10

Un plant de courgette devant la véranda.

carre13

Un autre plant de courgette, gardé par des soleils.

carre12

Chou-fleur, tomates et céleri-branche : cueillette pour un déjeuner de septembre.

S’y sont ajoutées au fil des mois quelques fraises des bois, groseilles, noisettes, mûres, pommes et framboises, sans oublier les feuilles des chénopodes qui envahissaient le jardin et mangées en salade, en pesto ou en beignet.

Les résolutions pour l’année prochaine : recommencer ce qui a bien fonctionné, agrandir le potager en carrés – passer à au moins 6 carrés au lieu de 3, si possible 9 – mais aussi investir d’autres parties du terrain commun avec d’autres cultures n’ayant pas leur place dans des carrés.
On va tester les pommes de terre en tour, la spirale aromatique, les trois sœurs (avec différentes sortes de courges), les pois chiches, repiquer des fèves un peu partout (c’est super bon, très joli quand ça fleurit, ça attire les abeilles, ça fixe l’azote du sol… c’était mon coup de coeur de cet été), le chou perpétuel type Daubenton… Je compte aussi cultiver du curcuma et du gingembre, qui viennent toujours de super loin mais se mènent a priori comme les dalhias dans nos régions et font en prime de très jolies fleurs, ainsi que des tournesols pour le côté « haie fleurie » et les graines.

Question fruits, un petit cerisier est arrivé à Noël et a été dûment planté ainsi que 3 pêchers de vigne ; nous allons pouvoir récupérer prochainement un nouveau noisetier, un figuier et un prunier chez des amis. Et d’autres fruitiers, petits ou grands, sont prévus dans un avenir proche.

Le but à moyen terme : être le plus autonomes possible en fruits, légumes, légumineuses.
Et pour moi, préparer tranquillement un projet qui me tient à cœur : passer une année entière, végétalienne sans gluten comme d’habitude, mais aussi 100% locavore. Je n’ai pas encore déterminé la taille de la région qui sera considérée comme « locale », mais l’expérience sera évidemment d’autant plus significative que la part de nourriture provenant du potager familial sera élevée.
À suivre, donc. 🙂

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s