Archives Mensuelles: novembre 2013

Comment l’IEF – 11. Matinée chimie

Par défaut

Petite forme physique lundi matin pour moi. Du coup, je me suis dit : si pas de physique, faisons de la chimie.
Oui, je sais, c’est très con. J’assume.

Alors on a fait des expériences avec ce qu’on avait sous la main : de l’huile, de l’eau, du vinaigre, du jus de citron, de la maïzena, un ballon de baudruche, et du jus de grenade en guise de colorant.

Déjà, Fiston a pu (re)constater que l’huile, ça flotte à la surface de l’eau, et aussi que ce n’est pas miscible avec l’eau. À moins de secouer fortement pour faire une émulsion, mais qui  se défait ensuite plus ou moins complètement.
En laissant tomber une seule goutte d’huile dans un récipient plein d’eau, nous avons pu observer comme elle s’étendait pour former un film joliment irisé à la surface. Comme le pétrole à la surface de la mer lors des marées noires.
Fiston étant très fan du C’est pas sorcier sur les marées noires, cela nous a inspiré une petite expérience : récupérer l’huile à la surface de l’eau à l’aide d’un papier absorbant, type mouchoir en papier ou sopalin. Ça marche pas mal du tout.

Ensuite, pendant que je préparais l’expérience suivante, Fiston s’est amusé à « dessiner » avec l’huile sur l’eau en soufflant à travers une paille. Éphémère mais joli. Puis la paille a discrètement plongé dans l’eau pour faire des bulles émulsionnantes. ^^ Très rigolo.

Place ensuite à un nouveau produit, le bicarbonate de soude. J’en mets un peu dans une assiette, et demande à Fiston de verser de l’eau dessus. Rien à signaler, à part que le bicarbonate se dissout tranquillou.
Il verse de l’huile, même chose.
Du jus de citron : là, ça mousse.
Du vinaigre, même chose.

Mais pourquoi est-ce que ça mousse ? D’où viennent ces bulles ? On dirait qu’il y a un gaz qui est produit. D’ailleurs quand on fait un bon splash de citron sur le bicarbonate et qu’on met tout de suite sa main au-dessus, on sent de l’air, un peu. Pourrait-on le récupérer ?

C’est l’expérience connue du ballon de baudruche qui va venir à notre secours pour répondre à ce défi.
On met du bicarbonate de soude dans le ballon dégonflé, on le met sur une bouteille contenant du jus de citron (chez nous), et en redressant le ballon, on fait tomber le bicarbonate. Réaction, bulles, et le ballon se gonfle tout doucement.

On réussira aussi à obtenir un « pschiiit » digne d’une bouteille de coca après avoir versé les 2 mêmes ingrédients dans un bocal et attendu suffisamment longtemps.

Fiston, devenu une sorte de chimiste fou qui éclate de rire à chaque bulle, fait ensuite sa propre tambouille avec les produits déjà cités. Pendant une bonne demi-heure, il va faire des mélanges improbables mais toujours moussants.

fiston_chimiste

Franchement, à la fin, ça schlingue sévère. Je tousse, un peu pour l’amuser, mais pas que. Le mélange vinaigre-jus de citron, c’est super pour des poumons d’asthmatique. ^^

mixture_Fiston

Pendant ce temps, j’essaye de rassembler mes souvenirs pour faire « danser le vinaigre ». Vinaigre qui, en l’occurrence, sera du jus de citron.

J’ouvre une grenade pour récupérer un peu de jus, que je mélange à du jus de citron jaune. Ça fait un joli orange. En même temps, Fiston verse du bicarbonate au fond d’un bocal, puis de l’huile – ne pas mélanger ; la première fois on a commis cette erreur et du coup on ne voyait pas grand-chose, on a dû recommencer.
Ensuite, il verse un peu du mélange orange acide, et on admire le spectacle.
Des gouttes orange descendent dans l’huile jaune, pour remonter aussitôt en pétillant, puis redescendent, etc. On dirait une lampe à lave. C’est très beau. Quand les sphères orange se font un peu trop rares, on rajoute du jus de citron-grenade et ça repart pour un bout de temps.

vinaigre_danse
L’explication est simple, et Fiston la comprend sans problème : le citron étant + dense que l’huile et pas plus miscible que l’eau tout à l’heure, il descend sous forme de grosses gouttes jusqu’au fond du récipient, là où se trouve le bicarbonate. Réaction, dégagement gazeux, les bulles d’air remontent en entraînant la bulle de citron jusqu’à la surface. Dégazage, le citron retombe, etc.

Au passage, on remarque que de l’huile est tombée sur la feuille qu’on avait placée sous nos récipients pour mieux voir ce qu’on faisait. La feuille est devenue très claire à cet endroit, quasiment translucide. Fiston est très étonné quand je lui raconte qu’autrefois, lorsque c’était très cher et compliqué d’avoir des vitres aux fenêtres, les gens y mettaient du papier huilé pour être protégé du vent tout en y voyant quand même un peu clair.

Fiston continue encore ses mixtures pendant quelques instants, puis place à une tout autre expérience, et la dernière de la matinée : fabriquer un fluide non-newtonien. Ça en jette.
C’est ultra connu : maizena + eau = liquide qui devient solide quand on applique une force sur lui. Ultra connu, mais personnellement je n’avais jamais testé. Et si c’est une chose de savoir intellectuellement ce que ça va donner, c’en est une bien différente de le voir et le sentir pour de vrai : je me suis autant éclatée que Fiston, et le soir, le Barbu s’est lui aussi régalé.

C’est Fiston qui a pesé les ingrédients : 55g de maizena pour 45g d’eau.

pesee_maizena

Ça se mélange très bien, sauf que rapidement, la cuillère devient très difficile à tourner. Si on ralentit le mouvement, en revanche, aucun problème. En tournant très vite, on arrive même à dégager des blocs qui ont une tête de pâte sablée pas cuite, mais qui « fondent » aussitôt qu’on arrête ou ralentit le mouvement.
Je n’imagine même pas ce que ça pourrait donner dans un mixeur. Est-ce que ça bousillerait les lames ? Pas très envie de tenter, pour le coup.

Fiston s’amuse beaucoup à taper sur le mélange. Pas d’éclaboussures ! C’est solide !

main_maizena1

En revanche, si on n’enlève pas sa main très vite, le mélange se refluidifie et les doigts coulent au fond du récipient… C’est traître !

main_maizena

Pour finir, même expérience avec une boule en bois assez lourde que Fiston laisse tomber d’aussi haut qu’il le peut. Elle rebondit avec un son mat, sans une éclaboussure, puis coule doucement.

boule_maizena

Et vive la chimie en pyjama ! 😉

Publicités

Mercredi, c’est veggie – 4

Par défaut

Petit-déjeuner :

Une pomme et quelques cuillères de délice au cacao cru.

Déjeuner :

– Assiette du potager.
À part le tofu fumé, tout est cru et vient de notre potager.

assiette_du_potager

Laitue, mini-carottes, radis, petits choux de Bruxelles, mâche, céleri-branche et chou du pesto, tout juste cueillis. Les mini-carottes proviennent du mini-potager de Fiston, qui n’en est pas peu fier.

tofu_celeri_pesto_chou

Tofu fumé revenu dans un peu d’huile d’olive puis déglacé au vinaigre balsamique, agrémenté de céleri-branche et recouvert de pesto de chou (feuilles de chou de Bruxelles, graines de tournesol, jus de citron, huile de pépin de courge, crumesan, ail)

– Compote crue 100% pomme.

Goûter :

Des rondelles de bananes séchées et une pomme.

Dîner :

– Soupe froide de carotte à la clémentine et au coriandre ;

soupe_carotte_clementine
– crème coco-fraises séchées-bananes, dont une bonne moitié descendue par Fiston qui n’avait pourtant plus faim. ^^

Documentaire Arte : la table verte de Michael Hoffmann – avec Patrik Baboumian

Par défaut

Michael Hoffmann doit relever un défi de taille : rassasier cet athlète d’origine iranienne qui engloutit quotidiennement jusqu’à 7 000 calories ! Dans la cuisine de la mère de l’invité, tous deux préparent un ragout de légumes d’hiver aux saveurs orientales et aux fruits secs, accompagné d’une crème de pois chiches qui apportera les protéines indispensables à notre sportif. Le chef étoilé nous présentera également l’une de ses spécialités : les oignons confits.

Petite précision : Patrik Baboumian est un athlète de très haut niveau, « l’homme le plus fort d’Allemagne 2011 », végétarien depuis 2005 et maintenant végétalien. Le repas préparé pour lui dans ce documentaire est donc un repas 100% végétal.
Michael Hoffmann n’est pas végé, d’après ce que j’ai compris, mais préfère cuisiner les végétaux, surtout ceux provenant de son immense potager.

Documentaire disponible pour quelques jours ici.

Mercredi, c’est veggie – 3

Par défaut

Yeah ! Un mercredi-le-mercredi ^^

Petit-déjeuner :

Crème coco-canneberges-figue (je suis de plus en plus fan de cette crème et de ses variations).

Déjeuner :

– 2 bols de soupe crue (mais chaude) aux 5 C (carotte-curry-cajou-curcuma-coco) ;

soupe_5C
–  « tirawmisu »

tirawmisu

Dîner :

– Pétales de carottes à l’huile d’argan, citron et cumin ;

carottes_citron_argan
– tartare d’algues à l’aneth sur pain des fleurs au sarrasin ;

tartare_algue
– compote crue banane-figue.

Atelier architecture

Par défaut

Lundi, Loulou et Fiston ont participé à un atelier d’architecture sur Paris. Le thème du jour : la pyramide (eh oui, encore une pyramide, décidément ^^) du Louvre.

Une quinzaine d’enfants nonscos (4 à 10 ans) étaient présents, accompagnés par 7 parents.

Tout d’abord, Aude, l’architecte qui anime ces ateliers, a demandé à chacun de peindre un socle cartonné en gris, et une pyramide en bleu, histoire que la peinture ait le temps de sécher pour la suite du bricolage.

peinture1

De la peinture noire, de la peinture blanche, et on mélange pour faire le gris.

peinture2

Peinture du carton en gris…

peinture3

… puis des pyramides en bleu.

peinture4

Des pyramides bleues fleurissent un peu partout…

Ensuite, Aude a retracé en une dizaine de minutes l’histoire du Louvre, depuis sa construction en tant que château-fort sous Philippe Auguste à la fin du XIIe siècle jusqu’à l’ajout de la fameuse pyramide du Louvre à la fin du XXe siècle, en passant par son utilisation comme résidence royale et sa transformation en musée au fil des siècles.

projection1

Début de la projection

projection2

Une séance interactive.
Si vous cherchez Fiston et Loulou, ce sont les 2 morfales du premier rang… ^^

projection3

Et pendant ce temps-là, les pyramides sèchent…

Ensuite, place aux feutres, crayons ou pastels, pour décorer chacun à sa façon la loooongue façade du musée du Louvre.

coloriage1

coloriage2

apres_l_effort

Après l’effort, le réconfort ^^

coloriage3

Des architectes en herbe

À la fin de la séance, quand tout était bien sec, les enfants ont pu achever leur maquette en collant la façade sur le socle gris, puis en plaçant la pyramide au milieu.
Fiston voulait continuer à colorier sa façade à la maison, alors Aude nous a donné de la patafix pour qu’il puisse fixer temporairement la façade, et la décoller tranquillement une fois rentré.

Et voilà le résultat :

resultat_loulou

resultat_fiston

Loulou et Fiston sont repartis enchantés de leur après-midi, transportant religieusement leur maquette dans les rues de Paris, et la montrant fièrement aux passants qui riaient de les voir trottiner ainsi chargés.

Un grand merci à Aude pour sa gentillesse et sa disponibilité !

Voyage virtuel en Égypte – 2

Par défaut

Déjà quinze jours que nous sommes virtuellement en Égypte 🙂

Quoi de neuf depuis le premier billet ?

Après avoir fabriqué notre magnifique sistre, nous avons voulu écouter un peu de musique égyptienne. Fiston a adoré, alors nous avons fini par télécharger (légalement) un album intitulé « Music of the Nile Valley« , qui nous sert maintenant de fond sonore pour beaucoup de nos activités tournant autour de l’Égypte.

Nous avons ensuite imprimé (non sans mal) sur du papier épais de quoi fabriquer une maquette de la pyramide de Khéops (ou Koufou).

pyramide_découpage

Séance de découpage en pyjama…

pyramide_finie

Ça en jette, et en plus la pyramide se démonte pour dévoiler son agencement intérieur, avec la grande galerie, la chambre du pharaon, celle de la reine, etc.

pyramide_ouverte

Pendant que nous étions sur le sujet, nous avons trouvé ce site, dont l’auteur propose une théorie de la construction des pyramides en se basant sur les outils retrouvés dans les dépôts de fondation. Fiston a regardé la vidéo explicative jusqu’au bout, avec beaucoup d’intérêt. Je ne sais absolument pas si cette théorie tient la route ou pas ; en tout cas, de ce que j’en ai vu (je n’ai pas pu regarder la vidéo en entier), je l’ai trouvée ingénieuse, et les démonstrations convaincantes.

Pour finir (pour le moment) sur les pyramides, Fiston et moi en avons construit une en légo. 🙂

pyramidelego1

12 rangées de briques, m’a annoncé Fiston.

Évidemment, question couleurs, ce n’est pas tout à fait ça… ^^
Mais en revanche, puisqu’on parle de couleurs, figurez-vous que Fiston est ravi en ce moment. Peut-être l’avez-vous déjà remarqué sur l’une ou l’autre photo, le sol de sa chambre est jaune avec une « flaque » bleue. En ce moment, le jaune est rebaptisé « désert » et le bleu, « Nil ». Fiston dort en Égypte toutes les nuits 🙂

Et dans le Nil, que trouve-t-on ? Des crocodiles !
Un peu par hasard, nous en avons confectionné un en perles (merci à Fanet pour le prêt du livre et du matériel).
C’était une première, et les perles se sont révélées parfois capricieuses (notamment celles de la queue de notre pauvre croco, qui lui donne vaguement l’air d’être croisé avec un cochon), mais nous étions quand même contents du résultat.

crocodile_nil

Le crocodile du Nil, dans le Nil…

crocodile_sable

… et sur le sable (abandonné).

« Petit Vert », comme l’a surnommé Fiston, n’a ensuite rien trouvé de mieux à faire que de se lancer à l’attaque de la pyramide dont nous parlions juste avant, aidé par 2 congénères Lego que Fiston a opportunément retrouvé dans sa caisse.
Petit problème d’échelle, mais on s’en fiche. ^^

pyramide_crocodiles

Abandonnant nos crocodiles, nous sommes ensuite allés fouiner dans notre librairie préférée, où notre libraire bien-aimée nous a déniché tout d’abord ce magnifique livre, qui va nous être fort utile pour tous nos voyages :

cartes_couverture  cartes_sommaire

cartes_egypte

Ce sont des cartes façon anciennes, avec chaque fois plein plein plein de renseignements concernant le passé et le présent du pays concerné. De quoi y passer des heures.

On a également commandé ce livre, que nous sommes allés chercher samedi :

journal_enfant_egypte

Nous n’avons pas encore tout lu avec Fiston, mais c’est un très beau livre, qui fourmille d’informations. Je pense que nous puiserons sans hésiter dans cette collection pour nos prochains voyages.

journal_enfant_ecriture

journal_enfant_pyramides

journal_enfant_dieux

On ne suit plus du tout la chronologie de notre voyage, mais tant pis – ce n’est pas non plus comme si c’était un voyage très organisé. Nous avons aussi fabriqué des faux papyrus, en nous inspirant de cette recette. Ça rend vraiment bien !
Finalement, pour nous, juste du café froid et de la colle (marque Cléocolle) ont suffi.

fabrication_papyrus

Fiston encolle 2 gazes posées l’une sur l’autre pour fabriquer le faux papyrus.

Et nous l’avons décoré ce dimanche, en nous inspirant des dessins et informations du Journal d’un enfant.
Nous avons décidé de représenter la déesse Nout, avec son corps étoilé – c’est Fiston qui a fait les étoiles à la peinture dorée, mais elles ne se voient pas très bien sur la photo -, et avons écrit phonétiquement son nom, en terminant par le hiéroglyphe représentant une jeune femme et qui, avons-nous appris, sert entre autres de déterminatif pour les prénoms féminins.

papyrus_nout

4 hiéroglyphes : le filet d’eau pour le N, le poussin de caille pour le son « OU », la miche de pain pour le T, et le déterminatif indiquant qu’il s’agit d’une déesse et non d’un dieu.

hieroglyphe_determinatif

Le fameux déterminatif

Pour finir, nous avons continué notre carrière de faussaires en commençant à fabriquer quelques pièces de 5 piastres. Pour ce faire, nous avons découpé des ronds dans un carton à chaussures, avons dessiné à la colle (pour le relief, mais ce n’était pas évident) le chiffre arabe correspondant au 5, et avons peint le tout en doré une fois la colle séchée.

pieces_5piastres

6×5 = 30 piastres. Nous sommes riches ! ^^

piece_5_piastres

piece_5_piastres_2

Ça rend carrément mieux en photo qu’en vrai. On croirait presque une vieille pièce…

Mercredi, c’est veggie – 2

Par défaut

Après avoir sauté un mercredi sans même m’en rendre compte, me revoilà un jeudi (j’y arriverai, j’y arriverai) avec un nouvel exemple de journée crudivore.

Petit-déjeuner :

crème coco-canneberges-banane (avec 1 banane entière cette fois-ci).

Déjeuner :

– salade de chou chinois ;
– « bacon végétal » (aubergine marinée et séchée) ;
– poivrons rouges marinés dans un mélange huile d’olive-dattes-citron-graines de coriandre et déshydratés quelques heures (explosif) ;

chou_chinois_poivrons_aubergine
– en dessert, un smoothie banane-orange.

Dîner :

– salade de chou blanc et de champignons de Paris, sorte d’hybride entre le kimchi de Tout cru dans le bec et une recette perso – j’espérais qu’il en reste pour que ça ait le temps de fermenter mais le Barbu a tout torpillé ;

faux_kimchi– avocat farci avec une sauce clémentines-canneberges séchées (inspirée de la sauce orange-canneberges de Tout cru dans le bec) ;
– smoothie « égyptien » banane-grenade-figue.