Des animaux, des enfants et des hommes – 10 : C comme Compétition, C comme con

Par défaut

La compétition, ça rend con.
Pas toujours, pas tout le monde. Mais quand même.

Cette année, on a inscrit Fiston à 2 cours de sport. Un de gymnastique, pour les 3-5 ans. Et un dit « multisports » pour les 4-6 ans, où il va pouvoir découvrir l’athlétisme et un certain nombre de sports collectifs.
Il était demandeur. Moi, ça m’a permis de découvrir que de nos jours on ne disait plus « frisbee » mais « ultimate », et depuis je me couche moins bête. Sans compter que lorsqu’il en fera, ça sera trop classe de pouvoir balancer négligemment que mon fils, il fait de l’ultimate.

Pour les 2 activités, il y a eu un cours d’essai auquel j’ai assisté, plus par curiosité qu’autre chose car dès les cours commencés, Fiston ne faisait plus attention à moi et se concentrait sur le(s) prof(s) et ses petits camarades. Il est ressorti très content des deux, donc hop, inscription, et depuis il s’y éclate.

Mes impressions à moi, après ces 2 premiers cours ? Ils sont très différents. Si j’ai trouvé le premier vraiment chouette, j’étais plus mitigée sur le second.
Déjà, les enfants étaient plus grands et ça se sentait : ça se bousculait, ça criait, ça hurlait « tu veux ma main sur la gueule ? » – aboyé par un minot de 4 ans, le menton levé, ça surprend -, les profs ont dû faire un rappel à l’ordre plusieurs fois. Fiston m’a dit en sortant qu’il y en avait un « qui embêtait tout le temps tout le monde ». Quant aux profs, ils sont sympas bien qu’assez classiques. Mais quand même sympas, donc ça va.
Non, ce qui me gêne plus, c’est l’aspect compétition (d’un autre côté, vu le titre du billet, vous pouviez vous en douter).
Ils ont commencé par l’athlétisme, et dès le début, les profs ont constitué 2 équipes et ont compté les points pour voir qui gagnait. Il y avait des enfants qui s’en foutaient complètement, d’autres qui étaient déjà pas mal dedans, mais ce n’était rien à côté des parents. Dès qu’il y a eu compétition entre leur(s) gamin(s) et ceux de l’équipe d’en face, certains se sont transformés en hooligans.
J’exagère à peine.

C’est une chose qui m’étonnera toujours. Comment, par la simple magie de rassembler plus ou moins arbitrairement des personnes dans une même équipe, elles (ou leurs parents, dans le cas présent) vont se mettre à détester immédiatement les autres. Quitte à les aimer à nouveau quelques minutes plus tard si par hasard ils se retrouvent dans la même équipe.
Sérieusement ?
Ça m’échappe.

Toujours est-il que ce jour-là, dès que les profs ont amorcé la compétition entre les 2 équipes, il y a eu des parents – pourtant normaux jusque-là – pour se transformer instantanément en créatures gueulantes et essouflées.
Il y en a même eu un du haut de son gradin qui s’est manifestement retenu de justesse de traiter son fils de débile profond – « Putain, mais c’est pas vrai, ça ! Avance, bordel ! » suivi d’un facepalm – parce que le gamin (4 ou 5 ans), qui faisait un relais pour la première fois de sa vie, oubliait de se mettre à courir au moment voulu et que les profs devaient le lui rappeler.
Oh-my-god.

La semaine d’après, on a tenté le même cours, avec les mêmes profs, mais à une autre heure : plus tranquille, moins d’enfants – encore qu’il en vient des nouveaux chaque semaine pour le moment -, des parents ne hurlant pas dès que leurs chérubins courent moins vite ou moins droit que les autres… Beaucoup mieux.

Il faut dire aussi que maintenant les profs – qui ont oublié d’être cons – emmènent les enfants faire du sport de l’autre côté du stade.
Là où il n’y a pas de gradins.
Loin, très loin des parents. ^^

Publicités

"

  1. J’ai un horrible exemple pour illustrer: ma puce a fait du multisport aussi quand elle avait 4 ans. Et exactement pareil, ils ont fais un jour une première course de relais, 4 équipes s’affrontaient. Ma puce n’a jamais été scolarisée, alors la notion de compétition lui était complètement étrangère. Lors du dernier sprint vers la ligne d’arrivée, alors qu’elle était en tête, elle a attendu une petite fille d’une autre équipe parce que c’était sa copine, du coup son équipe a perdu. Une maman (dans les gradins) s’est énervée et a hurlé sur ma puce « putain mais quelle conne!!!!! » O_O O_O
    Encore aujourd’hui quand j’y repense j’ai des sueurs froides………

  2. Je découvre tes articles. Ils sont très drôles. Perso, j’ai longtemps essayé d’inciter mon fiston à faire du sport. Mais le p’tit gars a un amour modéré du sport et de la compétition! Il préfère « geeker »avec ses copains et éventuellement faire du vélo… Ça règle le problème!

  3. mes enfants non-sco sont assez compétitifs dans l’âme… je ne pense pas que ce soit inné, la famille, les copains, les DA ont fait que… mais pour rien au monde je n’ai envie de les inscrire dans un club de quoi que ce soit! je ne fais aucune différence avec l’école en fait… 😦 si seulement il existait toujours l’ambiance baby gym pour leur âge…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s