Archives Mensuelles: août 2013

Des animaux, des enfants et des hommes – 7 : L comme loups, L comme Lions

Par défaut

Ou la belle histoire de Richard-cœur-aux-lions vs l’esprit Tintin au Congo

 

Il était une fois, dans un lointain pays, un valeureux Masaï de 13 ans qui voulait protéger le bétail de son père et de sa communauté.

En effet, de temps en temps, des lions attaquaient les troupeaux, et des vaches mouraient.

Alors, les guerriers partaient tuer les lions.

buter_du_lion


Mais Richard – c’est son nom – n’était pas comme Tintin : il n’aimait pas que les lions meurent.

Tuer, était-ce vraiment la seule issue possible ? N’était-il pas envisageable de faire autrement ?

Il réfléchit, réfléchit encore ; et ne sachant pas que c’était impossible, il finit par trouver une solution.

À partir d’une batterie de voiture, d’un clignotant de moto et d’une lampe torche cassée, il réussit à bricoler quelque chose qui faisait peur aux lions et les tenait éloignés des troupeaux.

Peu après, fort de l’efficacité de son invention, il l’installa chez ses voisins, puis chez d’autres encore…

Deux ans plus tard, son idée s’était répandue dans tout le pays.

empecheur

Quant à Richard-cœur-aux-lions, son invention lui valut une bourse dans la meilleure école du pays, où il fut très heureux et eu beaucoup d’autres idées.

FIN

¨¨°ºo§oº°¨¨

Cette histoire est parfaitement véridique. Elle se passe au Kenya, et Richard a retracé son parcours lors du rassemblement TED2013 en février dernier.

Si l’on récapitule :

Combien de cerveaux pour plancher sur le problème ? 1.
Comment Richard a-t-il appris l’électronique ? En autodidacte.
Combien le système coûte-t-il à fabriquer et à installer ? Que dalle, c’est essentiellement de la récup’.
Combien de vaches tuées par les lions depuis 2 ans dans sa communauté ? 0.
Avec combien de lions tués dans le même laps de temps ? 0 aussi.

Efficacité du système : 100%.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dans son intervention, Richard ne fait allusion à aucun obstacle humain. À aucun moment il ne raconte qu’il a été difficile de convaincre les chasseurs de sa communauté que ça marchait, qu’il n’était plus nécessaire de tuer les lions.

On imagine aisément qu’en France la situation serait bien différente et qu’un Richard serait la risée de certains groupes.

allo

L’un des arguments souvent rebattus en faveur de la chasse est que c’est la seule solution pour protéger les intérêts des chasseurs les cultures, les troupeaux, les gens, rayez la mention véridique inutile.

Petit rappel de l’hypocrisie absolue de l’argument : en France près de 50% du gibier est en réalité élevé puis relâché pour le plaisir des chasseurs – et pas seulement les faisans – ; dans le reste, on trouve aussi des espèces considérées comme nuisibles mais que l’on a pourtant réintroduites nous-mêmes comme des grands cons, ou que l’on nourrit pour favoriser son développement – comme les sangliers.

Mais dans les autres cas, pourrait-on se demander. Est-ce que, dans le cas d’animaux vraiment sauvages et commettant des dégâts, on a vraiment d’autres choix que de les tuer ?

La réponse française officielle est simple : « Pourquoi vouloir changer une méthode qui ne fonctionne pas ? »

Ainsi en est-il de la chasse aux loups qui s’est récemment durcie dans la région Côte d’Azur.

Je ne vais pas rentrer dans des considérations éthiques ou philososphiques ici. Comme dire que les loups ont le droit de vivre, que ceux qui seront tués ne seront pas forcément ceux qui ont tué ; comme demander perfidement aux éleveurs qui, eux aussi, considèrent leurs brebis comme leurs enfants ce que deviennent en général leurs « petits-enfants » mâles, ou aborder carrément l’abolition de l’élevage.
Non, non, j’ai bien conscience que ce serait totalement déplacé.

Je vais donc seulement m’ébahir devant la puissance déployée pour se débarrasser des indésirables loups : 20 pièges-photos, 2 carabines équipées d’une lunette de vision nocturne, et 380 chasseurs armés, je suppose, de 380 fusils.

Rien que ça.

loup_danger

Allez, tentons un récapitulatif, là aussi :

Combien de cerveaux boîtes cranniennes impliquées ? Plusieurs centaines.
Disposant de quelle instruction ? Je suppose que tous ces brillants esprits ont bénéficié des bienfaits de l’Éducation Nationale française pendant au moins 10 ans. De l’argent et du temps bien employés.
Combien ça coûte, ce matos ? Compter au moins 500€ pour 1 piège-photo, soit minimum 10 000€ pour 20 pièges. Plus les lunettes et le pinard les cartouches. On parle aussi d’un retour des capsules de cyanure. Ah, la région niçoise, sa salade, ses chasseurs, son cyanure…
Combien de loups seront tués ? Un bon paquet. Combien d’humains ? Probablement quelques-uns aussi, comme lors de toute saison de chasse.

Et que celui ou celle qui pense qu’il n’y aura plus d’attaques de troupeaux se couvre de ridicule en levant le doigt.
Oui, Tintin ?

tintin_antilopes

Une idée, comme ça : et si, au lieu de sauter sur nos fusils et de dégommer tout ce qui bouge dès que quelque chose nous dérange, on faisait plutôt fonctionner nos méninges ?

Je sais, c’est plus fatigant et moins rigolo. Ça fait mal à la tête.

Mais si on s’inspirait de Richard plutôt que de Tintin au Congo et qu’on partait du principe que non, tuer n’est pas une réponse acceptable ?

et_mon_fusil

Si on partait de ce principe de non-violence, alors seulement on serait vraiment motivés pour réfléchir et trouver comment faire autrement.

Et nous aussi, qui disposons d’infiniment plus de moyens que Richard n’en avait, nous pourrions enfin mettre au point des solutions préservant à la fois les troupeaux et les loups.

Sans zigouiller personne.

Ça fait bizarre rien que d’y penser, hein ?

À signaler cette pétition sur Change.org pour demander l’annulation de la nouvelle mesure d’abattage massif de loups.

a_poil

Publicités

Des animaux, des enfants et des hommes – 6 : C comme Cirque, C comme C’est cela, oui

Par défaut

Une bonne nouvelle en provenance de nos voisins belges : les animaux sauvages devraient bientôt être interdits dans les cirques.
Bien entendu, il y en a qui ne sont pas contents. Extrait de l’article en lien ci-dessus :

Le secteur du cirque compte réagir avant l’officialisation de l’interdiction des animaux sauvages lors des spectacles. Il faudrait faire une « distinction entre les cirques qui traitent effectivement mal ces animaux » et ceux qui respectent les règles déjà très strictes en la matière et dont les dompteurs traitent les animaux comme leurs propres enfants. « Ils sont régulièrement en mouvement, s’amusent et se reproduisent même mieux que dans les zoos.« 

cirque