Le 4e dimanche de septembre…

Par défaut

Les victimes de la chasse en France :

Saison 2009-2010* (source) : 174 accidents de chasse représentant 183 victimes (dont 25 non-chasseurs). 19 morts, 84 accidents graves, 80 accidents légers.
Les victimes non-chasseurs concernées : 10 promeneurs, 5 personnes dans le jardin d’une habitation, 4 cyclistes, 2 ramasseurs de champignons, 1 jogger, 1 automobiliste, 1 bûcheron et 1 observateur.

Saison 1998-1999 (source) : d’après une enquête (la dernière en date) réalisée auprès de 105 126 chasseurs et concernant 39 des 91 espèces chassables, le tableau de chasse s’élèverait à environ 30 millions d’animaux tués au fusil, dont 12 à 15 millions sont des animaux lâchés – pour le plaisir de faire joujou avec un gros fusil -, alors que d’autres animaux succombent par d’autres méthodes (piégeage, déterrage, chasse à courre…). Nul doute qu’il faut y ajouter le nombre des oiseaux blessés non retrouvés (souvent non recherchés) que l’on peut évaluer empiriquement de 15 à 30% du tableau initial.
Et l’enquête n’a donc concerné qu’une partie des chasseurs et qu’une partie des espèces concernées.

Pour en savoir plus et dans un souci d’équité (*tousse*), je vous conseille la lecture du Petit Livre vert, année 2008**, édité par la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) à l’usage de ses chasseurs chéris confrontés aux « forces du mal » (sic, cf. p. 28) représentés par les défenseurs des animaux en général et les végétaliens en particulier.

Sentez-vous un petit frisson vous parcourir ? C’est normal. Vous êtes sur le blog de 2 végétaliennes, après tout.

Extraits choisis :

Manifestement, derrière le «bien-être» animal, se cachent les tenants de la «deep ecology» et du végétalisme le plus intolérant. Une rupture grave de l’équilibre entre l’homme et l’animal.
Il est temps qu’une voix s’élève pour rappeler à la raison, notamment en réaffirmant la place de chacun, homme et animal. Que cette voix soit celle du chasseur n’est pas vraiment étonnant : homme de nature depuis la nuit des temps, observateur attentif des lieux de vie de l’animal, ce naturaliste connaît les règles d’équilibre entre les hommes, les animaux et la nature. Il a instauré, depuis des siècles, une véritable complicité avec les animaux qui lui permettent d’exercer sa passion : chiens, oiseaux appelants, furets, etc.
Ce Petit livre vert 2008 relève un double défi majeur : faire prendre conscience à chacun de la machine infernale qui est en marche afin de l’arrêter, pour le bien-vivre de tous, hommes et animaux ; promouvoir une écologie humaniste dont le chasseur reste le garant. (p. 3)

Les mots sont le reflet des pensées qu’ils expriment. Pour nous endoctriner, les zoolâtres ont réinventé un langage. (p. 18)

Pour identifier les forces du mal, rien de plus simple : sur le principal moteur de recherche Internet, tapez quelques termes choisis comme : antispéciste, végétalisme, libération animale, bien-être animal… (p. 28)

* J’ai choisi de prendre les chiffres 2009-2010 et non 2010-2011 pour l’unique raison que ces derniers ne sont pas aussi détaillés.
** L’année est choisie avec une légère pointe de malice, par contre.

Bonne lecture ^^

— rajout du lendemain : eh bien ça n’a pas tardé, déjà 3 morts humaines pour ce week-end 😦

Publicités

"

  1. Non, là il parle de complicité entre le chasseur et les animaux qui lui servent pour la chasse, comme ses chiens par ex. Bon, on sait que bon nombre desdits animaux deviendront effectivement victimes d’un accident de chasse au cours de la saison, mais quand même. ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s