4 ans, toujours pas d’école

Par défaut

Pour la 2e année consécutive, Fiston ne fera pas sa rentrée. 🙂

Au départ, nous pensions réfléchir tous les ans et reprendre une décision tous les ans : école ou pas école ? Mais pour cette année du moins, ça n’a pas été le cas. C’est une telle évidence pour tout le monde que Fiston s’épanouit en liberté – en ce moment il nous dit souvent qu’il est heureux d’exister -, découvre le monde à son rythme, apprend plein de choses, que nous n’avons même pas abordé la question.
De plus, avec la construction de la maison qui avance enfin, c’est un bonheur pour lui de découvrir tous les jours les avancées des travaux, de voir les maçons travailler, de leur poser des questions.
De toute façon, dès qu’on lui parle école, Fiston rétorque aussi net qu’il n’ira jamais, jamais-jamais-jamais. Pourtant nous n’avons pas cherché à le braquer contre cette institution ; d’ailleurs à un moment avec une amie nous réfléchissions à créer notre propre école parentale, et Fiston ne voulait pas plus y aller.

Nous remettons donc le couvert pour un an, dans la joie et l’allégresse, sans stress, toujours en éducation informelle, et toujours sans contraintes légales pour le moment puisque Fiston n’a pas atteint l’âge de 6 ans – ce qui doit aider à se sentir détendu, j’imagine.

Je pense aujourd’hui à tous les parents d’enfants en âge d’être scolarisés. Que l’année à venir soit riche et heureuse pour vous tous. Que vos enfants soient scolarisés ou non, dans une école publique ou privée, dans une pédagogie classique ou alternative.

Mais je pense en particulier à ceux qui n’ont pas pu choisir selon leurs convictions, quelles qu’en soient les raisons, ou qui doivent se battre au quotidien pour faire respecter leur choix, pourtant parfaitement légal.

À ceux qui voudraient ne pas scolariser leurs enfants, ou qui voudraient les déscolariser, mais qui ne peuvent ou n’osent pas. Ceux qui, aujourd’hui, ont la boule au ventre parce qu’ils ont laissé leur enfant en train de pleurer, qui n’ont qu’une hâte, le retrouver ce midi ou ce soir. Parmi eux, certains peut-être auront la bonne surprise de découvrir que finalement, ça s’est bien passé. Je leur souhaite !

À ceux qui pratiquent l’IEF, qui s’épanouissent avec cette façon de faire, mais qui se heurtent à la mauvaise foi de quelques inspecteurs académiques et continuent néanmoins à se battre pour leurs droits jusqu’à parfois se retrouver au tribunal.

Mais je pense aussi à ceux qui voudraient scolariser leurs enfants, et qui ne peuvent pas. Parce qu’il y en a. Qui ont un enfant handicapé et qui galèrent à monter des dossiers, à qui on refuse un(e) AVS, ou dont l’instituteur ne croit pas au handicap de leur enfant – certains sont apparents ; d’autres, comme l’autisme, invisibles, sont allègrement niés par bien des gens. Ou ceux, une fois leur enfant enfin scolarisé avec un(e) AVS, contre qui les parents des enfants non handicapés vont se liguer, parce qu’apparemment, avoir un enfant autiste dans sa classe pendant 2 ou 3 heures par jour, c’est le pire qui puisse arriver à un enfant « normal ».
À ceux dont l’enfant a développé une phobie scolaire face aux harcèlements de ses camarades ou de ses profs, sans parfois que personne ne lève le petit doigt pour prendre en compte ses problèmes et redresser la situation pendant qu’il est encore temps, et qui n’ont comme seul recours que la déscolarisation pour un temps indéfini – déscolarisation à laquelle ils ne sont pas préparés.
Ou à ceux qui, par exemple, se voient refuser l’accès à l’école pour leurs enfants à cause d’un défaut de vaccination, assorti pourtant d’une contre-indication médicale comme le prévoit la loi.

Bref. Concernant l’instruction obligatoire des enfants de 6 à 16 ans, la liberté de choix de l’instruction et l’accès garanti à l’école publique, pour encore pas mal de gens, c’est une douce utopie.

Le 15 septembre aura lieu la Journée Internationale Pour la Liberté de l’Instruction (JIPLI).
Même si elle est en général plus connue par ceux qui pratiquent l’IEF, elle est ouverte à tous. Profitez-en, organisez un évènement avec des amis, parlez haut et fort de vos problèmes, informez les gens autour de vous.

Cette journée est la vôtre. Faites qu’elle vous ressemble !

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: 4 ans, toujours pas d’école | Le Maquis Vert | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s