La juste mesure

Par défaut

Un peu de musique pour fêter le centième billet de ce blog 🙂

Le Barbu et moi sommes musiciens, et donc Fiston depuis tout petit a accès à un certain nombre d’instruments, que ce soit chez nous ou chez mes parents. À même pas 1 mois, il a fait des siestes sur mes genoux pendant que je jouais du piano d’une main, lui-même a commencé à taper sur les touches 1 ou 2 mois plus tard, à gratouiller les cordes d’une guitare peu de temps après, etc.
Mais il y a eu des périodes assez longues, plusieurs mois, où cela ne l’intéressait absolument plus de jouer ou d’écouter. C’est revenu. Depuis déjà un certain temps, il est très demandeur : jouer du piano / synthé tout seul ou avec nous, avec d’autres, il adore. Jouer de la guitare avec son papa, il est fan. L’harmonica, il aime aussi. Il a demandé un ukulele pour Noël.
Pour autant, on ne le pousse pas du tout là-dedans. Il connaît le nom des notes de musique car sa grand-mère les lui a apprises, mais je ne crois pas qu’il sache à quoi ça correspond. Je ne lui ai jamais dit de se tenir comme ci ou comme ça devant le piano, ou montré comment faire une gamme, ou un doigté, ou quoi que ce soit de ce style (par contre il sait comment ça fonctionne).

Ça sent la réaction à mon éducation perso, non ? Je confirme. ^^

À l’âge de Fiston, je connaissais déjà les bases du solfège, je pouvais lire une partition simple en clé de sol, ma mère me donnait des cours de piano. Je suis entrée au conservatoire (solfège) à 5 ans, en sautant tout de suite 2 classes. 5 ans après, alors que cela faisait 3 ans que je demandais à arrêter, que j’essayais tous les mercredi de faire croire que j’étais malade pour ne pas y aller, et alors que du bas de mes 10 ans j’avais beaucoup de mal à suivre dans une classe où tous les autres avaient au moins 18 ans, ma mère a accepté. J’ai arrêté. Ouf. J’ai subi encore 2 ans de cours de piano, et ensuite j’ai dit stop, pensant avec ravissement que plus jamais je ne jouerais de Chopin, de Mozart ou de Beethoven. J’avais tort, quelques années plus tard l’envie de classique est revenue grâce à la liberté de ne plus en jouer.
Ce que j’ai tiré de cette éducation ? À mes yeux, plutôt des inconvénients qu’autre chose, et en particulier :

– beaucoup de temps perdu (toutes mes années de solfège, au moins) et un mal-être certain par moments ;
– une incapacité à improviser, alors que j’aurais adoré pouvoir le faire ;
– difficile à croire même pour moi à l’heure actuelle, mais jusqu’au début de mon adolescence, si je pouvais pondre la partition de n’importe quel morceau rien qu’en l’écoutant (j’ai l’oreille absolue, ça aide), j’étais infoutue de distinguer le son d’un piano de celui d’une trompette. Je n’entendais que des notes, et rien que des notes. On compare souvent la musique aux mathématiques : c’était tout à fait comme ça que je l’entendais, et ça n’avait rien de très plaisant. Je pouvais me coller des maux de tête terribles en écoutant un morceau, à force de le visualiser sous la forme de milliers de notes abstraites.

Quelques années après avoir arrêté le solfège et les cours de piano, j’allais déjà bien mieux : je distinguais enfin les instruments, pas très finement, mais je ne confondais plus un hautbois avec une contrebasse ; je n’improvisais toujours pas, pas vraiment, je faisais des arrangements, disons ça comme ça ; mon oreille m’était toujours utile, mais pas pour écrire des partitions, juste pour jouer. J’ai essayé des tas d’instruments : violon, saxo, harmonica, accordéon, flûte de pan, djembé, guitares, mandoline, mandole, banjo, orgue, clavecin et j’en oublie. Peu m’ont plu au point de m’y mettre vraiment – ou juste d’en avoir envie.
À l’heure actuelle je n’envisage pas d’habiter dans un endroit sans au minimum un piano et une guitare : il peut se passer des mois sans que j’en joue, mais j’y reviens toujours et alors, clairement, je retrouve des vieux amis.

Revenons-en à Fiston.

Fiston ne chante pas. Du moins ne chante pas de chansons existantes. Souvent il chantonne du charabia d’un air joyeux, mais on ne peut pas dire qu’il chante.

Et pourtant.

Il y a un mois environ, comme il le fait souvent, il s’est mis au piano avec son père. Ce dernier s’est tenu à un accompagnement simple : 2 accords, pour laisser Fiston improviser tranquillement. Et d’un seul coup, tout en pianotant, notre bonhomme a commencé à chanter. Doucement, puis plus fort. Alors ce n’était pas parfait, loin de là : par rapport à beaucoup d’enfants de son âge, il a la voix très peu exercée, on sent bien qu’il n’a pas l’habitude de chanter. Mais même s’il lui fallait parfois un peu de temps pour se caler sur la bonne note, la mélodie qu’il inventait collait parfaitement au rythme et aux changements de ton du Barbu, elle était variée, pleine de trouvailles. Sa voix se déliait peu à peu, et il a improvisé pendant une bonne 1/2 heure, et encore plusieurs fois au cours des jours suivants. En ce qui concerne le texte, la plupart du temps c’était du charabia à sa façon, avec parfois des paroles comme un « pourquoi tu rigoles ? »  ou « pourquoi t’es une fille ? » répétées une dizaine de fois jusqu’à ce que je réponde, mais toujours en rythme.
Magique. J’ai gardé l’air dans la tête.

Depuis il ne l’a pas refait. On s’en fiche. On le laisse aux commandes.

Est-ce qu’on fait bien ? Je ne sais pas. Est-ce qu’on devrait lui proposer (sans imposer) plus ? Je ne sais pas. Est-ce que, sur ce sujet de la musique, je réagis à un extrême (mon éducation) en tombant dans un autre (celle de Fiston) ? Y a-t-il une (plus) juste mesure ? Je ne sais pas.
Mais je préfère le laisser expérimenter à sa façon, quand il veut, s’il veut, et lui faire confiance pour se tourner vers nous ou être capable de se débrouiller tout seul le jour (hypothétique) où il en voudrait plus.
Et nous faire confiance pour rester sereins dans le cas où Fiston n’éprouverait plus jamais l’envie de chanter ou de jouer d’un instrument.

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: Comment l’IEF – 4. “… Et je ne suis jamais allé à l’école” « Le blog de MelyNaë

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s