Joyeux Noël !

Par défaut

Quand j’étais petite, je suçais mon pouce, beaucoup paraît-il. Un peu avant le Noël précédant mes 3 ans, j’étais tombée raide dingue d’un cheval en peluche, qui fut mon grand amour pendant toute mon enfance et que j’ai toujours aujourd’hui. Ma mère à l’époque avait vu le moyen de me faire arrêter de sucer mon pouce grâce à un petit chantage de derrière les fagots : « Tu sais, ma chérie, le père Noël est bien embêté, il aimerait bien t’apporter le cheval que tu veux, mais il a peur que tu l’abîmes avec ton pouce tout mouillé. »
J’ai arrêté en une semaine, et je me souviens encore de mes sanglots lorsque je me réveillais de ma sieste le pouce dans la bouche alors que j’avais tellement fait attention à m’endormir sans lui, et de ma mère tentant de me rassurer sur le fait que le père Noël voyait bien que je faisais beaucoup d’efforts et patati et patata.

Bon. Donc nous avons du chantage, doublé d’un mensonge (le père Noël) bien pratique puisque déresponsabilisant complètement la personne à l’origine du chantage (c’est pas moi, c’est le père Noël qui m’a dit que…). Et une petite culpabilisation par-dessus le marché puisque c’était moi qui rendait le père Noël malheureux de ne pas pouvoir m’offrir ce cheval, en fait. Pardon, père Noël. Et encore une p’tite dose puisque le cheval était déjà dans la hotte, et y resterait si je n’étais pas assez volontaire. Pardon, cheval.

Ici et maintenant, ce n’est pas le pouce, mais la sucette dont il est question. Est-ce que j’en redonnerais une à Fiston-bébé si c’était à refaire, c’est une bonne question : toujours est-il que cela fait 3 ans et demi qu’il dort avec une sucette. Ce qui dans l’absolu ne me pose pas de problème, et j’aurais adoré pouvoir le laisser décider tout seul de s’en passer, même dans quelques années.
Mais Fiston a une sale dentition, et ses dents du haut s’avancent de plus en plus (ce n’est qu’un de ses problèmes, qui en entraîne d’autres).
Bref, il y a un peu plus d’un an, le dentiste nous avait dit qu’il faudrait songer à lui retirer la sucette, pas tout de suite car il était encore petit, mais y songer.
Quelques semaines plus tard, nous avions conclu un marché avec Fiston en lui donnant une sucette neuve après qu’il ait bousillé la précédente : ce serait la dernière. Quand celle-ci serait elle aussi trouée, on ne la remplacerait pas. En lui réexpliquant bien entendu le pourquoi de la chose. Fiston avait dit « oui » sans sourciller.
Disons-le clairement : le Barbu et moi, nous nous sommes fait avoir comme des bleus. Parce que si les sucettes précédentes n’avaient même pas duré un mois sous les assauts des dents de Fiston, la « dernière sucette », elle, est toujours intacte à l’heure où j’écris ses lignes, 14 mois plus tard. ^^
(À la question : ai-je parfois été tentée de faire moi-même un trou dans la sucette, la réponse est oui, bien sûr.)
Les dents de Fiston continuant d’avancer, après une nouvelle visite chez le dentiste, nous avons décidé de revenir sur ce fameux marché de dupes ^^, et au début de l’automne nous avons convenu que le but était de supprimer la sucette d’ici la fin de l’année (après d’âpres négociations, croyez-moi, ma proposition initiale étant plutôt du type « à la fin du mois »).
Puis, quelques semaines plus tard, Fiston a flashé sur les pandas et a demandé pour Noël une « Maman Panda » en peluche. Souvenirs de mon cheval qui remontent, bien évidemment.
Mais c’est une autre solution que nous avons adoptée (de toute façon, pas de père Noël chez nous). J’ai rappelé à Fiston l’objectif de fin d’année pour la suppression de la sucette, et je lui ai demandé s’il pensait que Maman Panda pourrait l’aider à s’en passer. Oui. Donc je lui ai dit qu’on le laisserait tranquille jusqu’à Noël, et qu’une fois qu’il aurait Maman Panda, il apprendrait à dormir sans sucette. Ça tombait bien, le Barbu prenait une semaine de vacances juste après, nous pourrions faire un roulement pour assurer les nuits possiblement pourries qui s’ensuivraient.
C’est ce que nous avons fait. Fiston a depuis 4 jours une adorable Maman Panda qu’il promène partout avec lui. Le soir du 25, vu la grosse journée qu’on avait tous eue, je lui ai laissé sa sucette en précisant que c’était la dernière nuit. Le lendemain matin, je lui ai demandé s’il voulait qu’on la jette : réponse négative et grimace (je le comprends !). Ma proposition de la ranger dans un tiroir a été accueillie par un « Oui, là je suis d’accord » accompagné d’un grand sourire. Il a mis sa sucette dans le tiroir avec un « au revoir », et n’en a plus parlé. Le Barbu est resté avec lui jusqu’à ce qu’il s’endorme ce soir-là ; la nuit fut encore plus pourrie que prévue, mais pour une autre raison (même si la sucette aurait aidé à un retour au calme plus rapide) ; le lendemain soir il s’est endormi tranquillement tout seul, sans sucette, et a dormi normalement toute la nuit.

Dans les 2 cas, à l’origine, il y avait une peur des parents, peur plus ou moins fondée : ma mère avait peur que je m’abîme le pouce (paraît-il qu’il avait une assez sale tête), et le Barbu et moi avions peur pour les dents de Fiston, sans être 100% certains que le problème venait de la sucette mais ne voulant pas prendre le risque.
Que se serait-il passé si je n’avais pas cédé au chantage, petite ? J’imagine qu’on m’aurait manipulée autrement. :/
Dans le cas de Fiston, reconnaissons tout de même que dans un sens, c’était plus facile (la sucette s’enlève voire se jette, le pouce, non). Mais nous avons toujours été clairs sur le fait que même si nous lui laissions le plus de marge ou de choix possible, le but final, à savoir la suppression de la sucette dans un futur relativement proche, n’était pas négociable. Si Fiston avait dit non à toutes nos propositions, nous la lui aurions quand même enlevée, le plus en douceur possible, mais enlevée quand même. Et sans le culpabiliser, sans nous retrancher derrière un personnage de légende ni même derrière l’autorité de l’expert (le dentiste a dit qu’il fallait…). C’était notre responsabilité de parents, notre décision, ça n’était pas négociable, point final.

Il se trouve qu’on a réussi à trouver une solution qui convienne à tout le monde, et c’est tant mieux.
Franchement, je suis plutôt contente de nous sur ce coup-là, surtout vu comment cela se passe. 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s