Réponse à un billet végéphobe

Par défaut

L’autre jour, je parlais de végéphobie en disant qu’elle existait bel et bien : en voilà un exemple assez représentatif, même si légèrement plus consternant que la moyenne à mon avis.

À vrai dire je comptais répondre sur le site du billet en question, mais, emportée par mon élan, j’ai largement dépassé la limite de signes autorisée pour les réponses, et j’ai eu la flemme de la poster en plusieurs fois.
Du coup, je réponds ici – et toujours du coup, je précise que bien évidemment, le « tu » que j’emploie s’adresse à l’auteur du billet, et que je ne poursuis qu’1 seul objectif : démonter un à un ses « arguments ».
Donc si vous êtes omnivores et que vous lisez ceci, à moins que vous pensiez vous aussi que les végétariens sont cons, carencés et qu’ils forment une grande secte visant à prendre le pouvoir sur les gens intelligents et à les forcer à manger comme eux pour les rendre débiles, ne vous sentez pas visés. 😉

—————————–

MANGER DE LA VIANDE EST UNE NÉCESSITÉ !
Note prémiminaire :

Dans ce qui suit, les données scientifiques proviennent de la revue Recherche.

Ça ne coûte rien de l’affirmer… Et moi j’ai 3 prix Nobel.
Curieusement, tu ne donnes jamais de référence précise.

Rappel contre les idéologues du végétarisme :
Manger de la viande est nécessaire à l’être humain. S’il a des canines, c’est pas pour rien !

Ça commence fort… Je te signale que la dentition-type de l’herbivore comprend en règle générale des canines peu développées (comme les nôtres), contrairement aux carnivores qui eux ont des crocs (cf. les crocs des félins, des canidés… pas grand-chose à voir avec nos canines, n’est-ce pas ?).
Ainsi le cheval, le zèbre, l’hippopotame, le gnou, pour ne citer que ces herbivores, ont des canines (et le gnou en a même plus que nous, c’est fou).

Les omnivores, se nourrissant de végétaux et de viande, comme le babouin ou le phacochère, ont des canines beaucoup plus développées que les nôtres. Ouvre la bouche devant un miroir, compare tes dents (les dents, j’ai dit ! ^^) avec celles de ce babouin omnivore, par ex, et viens me dire que c’est la même chose.


Il existe un acide aminé que le corps humain ne sait pas synthétiser et qui ne se trouve QUE dans la viande. Cette protéine est en particulier nécessaire au bon fonctionnement du cerveau.

Comme quelqu’un l’a déjà relevé, un acide aminé n’est pas une protéine. Et pour quelqu’un qui se targue de science, tu pourrais préciser lequel, non ?
Tu aurais du mal, remarque, vu que c’est faux.

L’être humain ne sait pas synthétiser 8 acides aminés, dits acides aminés essentiels : le tryptophane, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la thréonine, la valine, la leucine et l’isoleucine.
En règle générale et de façon très schématique, les céréales sont limitantes en lysine (ce qui ne veut pas dire qu’elles n’en contiennent pas, mais qu’elles en contiennent moins que des autres acides aminés), et les légumineuses (pois, haricots, fèves, lentilles…) sont limitantes en méthionine. Il suffit donc de combiner les 2, et même pas forcément au cours du même repas, pour s’assurer un apport complet en acides aminés. Le soja est à part puisque cette légumineuse possède une répartition en acides aminés essentiels comparable à la viande, il se suffit à lui seul. Il en est de même pour le quinoa, et ce ne sont pas les 2 seules plantes dans ce cas.
Verdure (salades, par exemple) et fruits contiennent aussi pour la plupart tous les acides aminés essentiels ainsi que bien d’autres.

Mais aussi, les végétariens invétérés finissent un jour ou l’autre par manquer de fer et leur médecin leur dit alors qu’il n’y a qu’une seule bonne solution : manger de la viande rouge ! car sinon le corps humain n’absorbe pas le fer.
Le fer est nécessaire pour les globules rouges et pour le transport de l’oxygène au travers du corps.
Regardez les végétariens qui le sont depuis leur naissance, par exemple dans la communauté de l’Arche de Lanza del Vasto : ils sont très gentils, mais vraiment pas fins du tout, et ils sont blancs comme un linge !

Comme celui-là, par exemple ? 🙂

Ça vient de la Recherche, le coup du médecin qui dit systématiquement aux végétariens de manger de la viande rouge ? ^^ Ils ont dû oublier de parler du médecin de Carl Lewis, par exemple – je suppose que le nom te dit qq chose, – vu que c’était lui qui avait conseillé au coureur d’opter pour un régime végétalien. VégétaLien, c-à-d sans oeufs ni produits laitiers par rapport aux végétariens. Ça lui a pas trop mal réussi. (Ci-dessous, c’est en 1996, il est végétalien et remporte sa 9e médaille d’or en saut en longueur aux JO.)

Carl Lewis en 1996, après passage en mode végétalien, remporte une médaille d'or aux JO en saut en longueur

Dirais-tu aussi que Gary Yourofsky, végétaLien (donc « pire » que végétarien) depuis plus de 20 ans, a l’air tout blanc et tout faible ?

Paul McCartney, végétarien depuis des années, ça va, pour ses bientôt 70 ans il se porte plutôt pas mal, non ?

Paul McCartney

Emily Deschanael, l’actrice de Bones, qui est végétaLienne et qui a accouché il y a 2 mois et demi d’un petit garçon en pleine forme, tout en ayant conservé son régime végétalien pendant sa grossesse et en tournant les épisodes de la saison 7 de sa série, ça a l’air d’aller aussi…

Nathalie Portman, végétarienne depuis 22 ans, toujours vivante…

Shania Twain, Alex Baldwin, Noah Wyle, Samuel L. Jackson, Gwyneth Paltrow, Dustin Hoffman… ils survivent à leur dangereux régime alimentaire !

Pour les autres, je te renvoie à cette liste de végétariens célèbres, par ex (dont certains végétaliens), ça va, y en a un bon nombre qui a l’air plutôt en forme…

Côté « bêtes à manger du foin » ou « pas très fins », tu noteras Plutarque, Darwin, De Vinci, Einstein, Pascal, Voltaire, Montaigne, Pythagore, Newton, Edison, Tolstoï…

Ne rate pas non plus la liste des végétariens ou -liens champions dans des sports divers et variés. Tiens, va voir l’article wiki sur Patrik Baboumian, végétarien et champion de bodybuilding, et viens nous dire qu’il est tout anémié ou qu’il manque de protéines ^^.

Patrick Baboumian

Pour ma pomme, quand je suis devenue végétarienne puis végétalienne, j’ai plutôt pris du poids… Et lorsque j’ai eu besoin de compléments en fer ou en magnésium, j’étais omnivore, pas végétarienne. Dans ma famille il y a des gens qui mangent de la viande tous les jours et qui sont hyper maigres, moins de 60kg pour + d’1m80. Je n’en déduis pas pour autant que les gens qui mangent de la viande sont tous maigres et carencés.

La sélection naturelle nous a produit ainsi !
Car effectivement, c’est quand l’homme s’est mis à manger de la viande que ses machoires ont pu devenir plus petites et ainsi laisser de la place pour le développement d’un cerveau digne de ce nom. (ce qui m’amuse c’est que les végétariens veulent nous forcer à faire le chemin inverse. Pas étonnant qu’ils ne soient pas très fins !)
Du coup, l’homme est parfaitement adapté à la viande suite à un long processus de sélection naturelle.

Source ?

Je ne comprends pas, y a plein de végétariens qui étaient omnivores quand ils ont pris la décision d’arrêter de manger de la viande… donc  à l’époque de leur choix, dotés d’un cerveau en parfait état de fonctionnement d’après tes dires. Ça coincerait pas quelque part, ton raisonnement ? ^^

Tu connais l’histoire des stats qui montrent que les riches mangent plus souvent du caviar que les pauvres ? La conclusion est naturellement que plus tu manges du caviar, plus tu as de chances de devenir riche… Ah zut, ça marche pas comme ça…
Tu vois, on pourrait aussi dire que c’est quand l’homme a eu un cerveau digne de ce nom (quoi que ça puisse vouloir dire) qu’il a pu commencer à fabriquer des outils pour chasser et donc manger de la viande autrement que comme un charognard. Sans parler de la maîtrise du feu qui lui permettait de la faire cuire, donc de la conserver plus longtemps, de la mastiquer plus vite, de mieux la digérer.
Parce que figure-toi que la viande des chasseurs-cueilleurs et celle que tu achètes sous cellophane n’ont plus grand-chose de commun. C’était une viande très pauvre en graisse, hyper coriace, difficile à mastiquer et sans doute pas très bonne au goût. Rien à voir avec ton tournedos ou ta côte de porc provenant d’animaux engraissés, dont le goût est directement corrélé avec la quantité de gras intramusculaire.

Pour ce qui est du gros cerveau, de toute façon : le cerveau de l’homme de Néandertal était très probablement plus gros que le nôtre, et celui de Cro-Magnon en moyenne 15% plus gros également… Quant à relier taille du cerveau (ou rapport taille du cerveau / taille du corps), que ce soit intra ou inter-espèces, et intelligence, plus personne ne s’y risque vraiment, c’est trop vexant pour l’être humain. ^^

Revenons au « parfaitement adapté à la viande ». Attention, je ne dis pas que manger de la viande de temps en temps soit néfaste. Bien sûr, on peut manger de la viande, on peut la digérer. Évidemment, entre ne pas manger du tout ou manger de la viande, on s’en sort mieux dans le 2e cas. Mais on sait bien aujourd’hui que de nombreux problèmes et maladies chez l’être humain sont dus à la surconsommation (au sens nutritionnel du terme, cette surconsommation correspondant à la consommation « normale » dans un régime occidental actuel) de protéines animales (pas que la viande, mais aussi les produits laitiers) : pb de cholestérol (les végétaux n’en contiennent pas, toutes les viandes en contiennent), maladies cardiovasculaires (on est tellement parfaitement adapté à la viande que sa digestion nous encrasse les artères, parce qu’on a un tube digestif trop long. Les carnivores, eux, ont des intestins beaucoup plus courts que les nôtres), certains diabètes, ostéoporose (oui oui, contrairement à ce qu’on nous serine avec les 3 produits laitiers par jour, les protéines animales acidifient notre organisme, et la seule parade que celui-ci ait trouvé pour rétablir l’équilibre, c’est de relarguer du phosphate, en provenance de nos os. Et comme ceux-ci sont composés essentiellement de phosphate de calcium, on se retrouve à pisser du calcium et à en bouffer toujours plus pour compenser cette fuite. Lis le Rapport Campbell, tu verras que les pays consommant beaucoup de produits laitiers, comme les USA ou l’Europe, ont jusqu’à 5 fois plus d’ostéoporose que les pays n’en consommant pas.), certains cancers (le cancer du côlon typiquement), liste non exhaustive.

Tiens, ça va te faire plaisir, je t’ai trouvé un petit article de ton journal fétiche, la Recherche, datant de 2001 : Les risques de la transition alimentaire.
L’article aborde les problèmes liés à l’adoption du régime occidental (récent, le régime, hein, depuis l’industrialisation ; on parle pas de long processus de sélection naturelle) par les pays en voie de développement.
Quelques citations (le gras est de moi) :

« Ainsi, à la suite des pays industrialisés, les changements de régimes alimentaires dans les pays en développement favorisent l’apparition de maladies chroniques. »
« C’est dans le Japon de l’après-guerre, dans un contexte d’industrialisation rapide, qu’une telle évolution a d’abord été observée. L’augmentation lente et régulière des calories absorbées par la population est d’abord restée dans le cadre d’un régime traditionnel contenant peu de graisses et de protéines d’origine animale. Entre 1960 et 1980, en revanche, les apports en graisses saturées et en cholestérol (Note de moi : les graisses saturées se trouvent presque exclusivement et le cholestérol exclusivement dans les produits animaux) ont plus que doublé, et l’obésité s’est mise soudain à croître, en même temps que les maladies cérébrovasculaires.
On a alors réalisé que la conversion de pays à croissance rapide à des régimes de type « occidental » conduisait à une apparition accélérée de maladies non transmissibles liées à l’alimentation : diabète non insulinodépendant, maladies hypertensives et cardio- ou cérébrovasculaires, certains cancers, ou encore des affections ostéo-articulaires chroniques. Depuis, les observations sont de plus en plus nombreuses et convergentes. »

Passons au Brésil : « Comme le souligne Carlos Monteiro, de l’université de São Paulo, les enquêtes révèlent une fréquence de plus en plus grande, dans des îlots de pauvreté, des problèmes d’hypertension liés à l’obésité(6). On constate en parallèle que dans les grandes villes la part des céréales, des haricots, des racines et des tubercules diminue dans l’alimentation, tandis que la consommation d’oeufs et de produits laitiers augmente. »
« Autre signe d’espoir, au Brésil, on observe, surtout depuis les années 1980, une substitution progressive des graisses animales par des huiles végétales et de la margarine. Cette modification significative du rapport entre acides gras saturés et poly-insaturés expliquerait le déclin récent de la mortalité par maladies cardiovasculaires qu’on observe dans plusieurs villes. »

Et c’est ainsi qu’il existe un acide aminé dont l’homme a besoin mais qu’il ne sait pas synthétiser et qu’il ne trouve que dans la viande.
Cet acide aminé est nécessaire en particulier au bon fonctionnement du cerveau.

J’ai comme une impression de déjà lu… On en a déjà parlé plus tôt : non, il n’y a PAS d’acide aminé essentiel qui ne se trouve que dans la viande.

Les plantes sont-elles capables de souffrance ?
OUI !

Il y a une quinzaine d’années, la revue Recherche publiait un article montrant que les plantes aussi ont l’équivalent d’un système nerveux et qu’elles aussi ressentent les choses.

La source précise, stp ? Parce qu’après avoir lu ce qui précède, même si l’article existe, je ne suis pas sûre que tu l’aies bien compris, sans vouloir te vexer…
Précisons aussi qu’entre sentir quelque chose et ressentir du plaisir ou de la souffrance, il y a un grand pas. Là je suis assise sur une chaise, je sens la chaise, je sens les touches du clavier sous mes doigts, c’est important pour que je puisse m’asseoir et écrire, mais ça ne me procure ni plaisir ni souffrance.

Un autre article de la même revue montrait que les plantes sont même capables de communiquer entre elles !
De toute façon, il est évident que tout être vivant est muni d’un système de plaisir-soufrance. Il ne pourrait pas vivre bien longtemps s’il n’avait pas ce moyen pour savoir ce qui est bon ou mauvais pour lui.

Ah, ben si c’est évident… Sacrée démonstration.
Une autre façon d’envisager les choses serait de se demander à quoi ça leur servirait de ressentir de la douleur alors qu’elles ne peuvent pas fuir ?
(Par exemple, les éponges sont des animaux, non mobiles, et ils n’ont pas de système nerveux qui ne leur servirait à rien…)

Je suis d’accord sur le fait que les plantes sont des organismes très complexes qui n’ont pas fini de nous étonner, qu’elles peuvent effectivement communiquer entre elles parfois, ressentir leur environnement et même adopter des mécanismes de défense pour certaines (sécrétion d’une substance par ex), mais elles n’ont rien à voir avec les animaux. Tu coupes un membre à un animal, humain compris, l’animal fait bien la tronche et va probablement en mourir s’il n’a pas accès à des soins sophistiqués. La plante, en général, repousse de plus belle, se fortifie, voire fleurit / fructifie plus.

Les plantes sont intelligentes, sensibles et elles ont de la mémoire ; que celles ou ceux qui en doutent regardent cette vidéo Arte de 51’49 intitulée l’esprit des plantes : http://mai68.org/spip/spip.php?article3227

Ah, cette vidéo où l’on dit que les animaux et les plantes ont pris 2 chemins évolutifs complètement divergents, à l’opposé l’un de l’autre ? C’est là-dessus que tu t’appuies pour affirmer qu’elles souffrent comme nous ?

Le jour où les végétariens se rendront compte que les salades aussi sont des êtres vivants, il ne leur restera plus à manger que des cailloux !
N’ont-ils donc jamais entendu le hurlement de la carotte rapée au fond des cuisines ?

Non, jamais… Je dois pas avoir les oreilles assez fines. Et sans blague, c’est ton scoop, qu’une plante est vivante ?

Mais je vais te dire un truc : quand bien même les plantes souffriraient effectivement, ça ne ferait qu’une raison supplémentaire pour ne pas manger de viande. Pourquoi ? Parce qu’il faut bien plus de végétaux pour nourrir un animal qui nourrira ensuite un homme que de végétaux pour nourrir directement cet homme. Question de rendement. Quand on est végétarien et a fortiori végétalien, on provoque la mort de beaucoup moins de plantes que quand on mange de la viande. Beaucoup moins de souffrance végétale + beaucoup moins de souffrance animale = beaucoup beaucoup moins de souffrance totale. Je ne parle même pas de la souffrance humaine : si on te laissait le choix de travailler dans les champs ou dans un abattoir, tu choisirais quoi ?

(J’ajouterai que ton argument du cri de la carotte est assez savoureux quand on lit ce qui suit, à savoir que le plaisir est seul guide ^^)

Le plaisir est seul guide !
Notre système de plaisir-soufrance nous indique ce qui est bon ou mauvais pour nous. Or, justement, il y a grand plaisir à manger de la viande. C’est ce qu’il y a de meilleur.
Et si la viande est ce qu’il y a de meilleur, c’est pas pour rien. Car c’est ainsi que la nature nous indique que nous sommes faits pour ça !

Ça non plus, je suppose que ça ne vient pas de la Recherche… Il y a des gens qui n’aiment pas la viande, ou qui ne la tolèrent pas, sans que ça n’ait rien à voir avec une quelconque compassion envers les animaux… Ne généralise pas à l’ensemble de la population ton amour du goût de la viande, stp, merci.
Et si je suis ton raisonnement, comme beaucoup de gens adorent bouffer hyper sucré, hyper gras et hyper salé, ça veut dire aussi que la nature nous a faits pour ça ? 😛

Le plaisir est seul guide !

… disait Hannibal Lecter à Clarice (ou les véritables criminels anthropophages à leurs juges).
Je m’arrête à cette comparaison concernant la nourriture, car je suppose que si tu vois quelqu’un que tu trouves attirant sexuellement, tu ne vas pas le ou la violer sous prétexte que le plaisir est ton seul guide. Ou, pour en revenir aux animaux, que si tu vois un individu torturer un chat ou un chien juste pour le plaisir, tu vas au minimum le désapprouver, même si lui prend son pied. Je suppose donc que ta maxime ne s’applique qu’à ta façon de te nourrir. Pourquoi cette restriction ? Si notre système de plaisir-souffrance nous indique ce qui est bon pour nous, pourquoi s’arrêter à la nourriture ? Ou inversement, pourquoi notre façon de remplir notre estomac ne bénéficierait pas du même contrôle éthique, moral, appelle-ça comme tu veux, que nos autres actions ?
Ou du moins, puisque le sujet ici n’est pas du tout « les gens qui mangent de la viande sont-ils d’horribles individus ? » mais « les végétariens sont-ils cons ? », pourquoi les gens qui décideraient d’étendre leur éthique à ce qu’ils mangent seraient-ils plus bêtes que les autres ?

Et au fait, ton principe du plaisir, ça ne concerne que les animaux ? Par exemple si je te dis que cette tablette de chocolat provenant du travail d’enfants-esclaves est drôlement bonne, tu l’achètes parce que le plaisir est seul guide pour ton estomac ? Ou tu vas plutôt opter pour du chocolat issu du commerce équitable, ou pour autre chose qui n’a pas impliqué le trafic d’êtres humains ? (choix qui impliquerait la bêtise, donc, puisque ne se laissant pas guider par le seul plaisir, d’après ton raisonnement)

En fait, vois-tu, je crois que ce n’est pas si simple… ^^

Publicités

"

  1. Mouais, vu comme l’auteur du billet se tire une balle dans le pied avec ses phrases chocs trollesques et sa paresse intellectuelle évidente, je suis persuadé qu’il s’agit d’un végétarien masqué cherchant à décrédibiliser les omnivores.
    Vous ne nous aurez pas aussi facilement, bouffeurs de salades prosélytes !

  2. Encore que je te trouve sympa dans ta démarche (éducative), je n’aurais pas cette patience face à autant de mauvaise fois et de fermeture d’esprit.
    Est-ce que tu as mis un lien vers ta réponse sur son blog histoire de?

  3. Non car Druss voulait mettre ma réponse en entier (en plusieurs parties, donc), je ne sais pas s’il l’a déjà fait (il y a une modération a priori, je crois,donc les commentaires peuvent mettre du temps à apparaître).
    Pour ma patience, je me suis dit qu’il fallait bien que je fasse l’exercice une fois au moins dans ma vie. ^^

  4. Rah, merciii pour cet article ! Je ne suis pas végétarienne par conviction, juste une sainte horreur de la viande, ce à quoi on me harcèle « il faut se forcer, la viande est essentielle pour la santé ! »…je fais alors lire cet article, et on ne m’embête plus une seconde…voire ils réfléchissent à stopper un peu la consommation !
    Mille mercis Mely !

  5. Pingback: Pour en finir avec les protéines… « Le blog de MelyNaë

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s