Peur & pâte à modeler

Par défaut

J’ai hésité à rédiger ce billet, car je ne souhaite pas étaler sur un blog certains problèmes rencontrés par Fiston. D’un autre côté, si j’avais eu cette info plus tôt, cela nous aurait peut-être épargné 2 années de galère. D’où ce qui suit, des fois que ça pourrait aider quelqu’un.

Donc, sans rentrer dans les détails : pendant très longtemps, Fiston a eu peur de faire caca. Difficile de savoir ce qui lui faisait peur exactement, surtout quand il était plus petit étant donné qu’il a parlé assez tard, et après l’arrivée de la parole, on savait juste qu’il avait peur. Point.

Je pense avoir à peu près tout essayé pendant ces 2 années, avec des hauts et des bas mais surtout des bas, jusqu’à en arriver parfois à des solutions tout sauf respectueuses. Et je le disais à Fiston : je savais qu’elles étaient nulles, ces solutions, mais c’était les seules que j’avais trouvées à ce moment-là. J’étais preneuse de toute nouvelle idée.

Bref, tout essayé. Tout… sauf la pâte à modeler.

Un jour, j’ai vu passer sur une liste de parents (liste sur laquelle j’avais moi-même lancé un appel à l’aide qq mois auparavant sans qu’aucune des solutions proposées ne fonctionne) un message d’une maman qui évoquait un problème similaire chez son enfant. Et là, l’une des réponses m’a vraiment donné un espoir. Son auteur demandait si l’enfant aimait faire de la pâte à modeler ou ce genre d’activité, car elle avait remarqué qu’en général les enfants ayant peur de faire caca n’aimaient pas « patouiller ».

Tilt !

C’était le cas chez nous. Fiston connaissait la pâte à modeler, mais c’était à moi de lui faire des boules qu’il faisait ensuite rouler. La peinture au doigt, il l’étalait au pinceau. Quand il jouait dans le jardin, c’était avec des outils. De la terre sur un doigt, et il demandait à se laver les mains. Pour faire des gâteaux, il prenait un rouleau, une cuillère ou un couteau. Patouiller dans la farine, la semoule, le sable, oui ; mais patouiller dans un truc qui colle aux mains, non. De façon générale, Fiston a toujours été un petit garçon se salissant très peu.
(Pourtant c’est pas trop le genre de la maison, l’hygiène irréprochable : déjà par nature chez moi, et ensuite parce que je suis convaincue que pour que le système immunitaire se développe correctement, il faut une certaine dose de saleté dans la vie d’un enfant.)

Venons-en au résultat, en résumé : j’ai ressorti la pâte à modeler. J’ai fait « travailler » Fiston sur le toucher, les textures. On a fabriqué une pâte qui n’avait pas la même consistance que celle du commerce. On y a joué chez des amis, ce n’était pas encore la même chose. Les Tips ont aussi eu leur rôle à jouer, malléables comme ils sont et collants une fois mouillés. Peinture, terre, etc.
Bon, n’allez pas imaginer un Fiston se roulant avec délice dans la boue tout en malaxant une grosse boule de pâte à modeler. Loin de là. Mais il acceptait dorénavant d’y toucher.
Toujours est-il que moins de 2 semaines après, il m’a déclaré de but en blanc : « Je n’ai plus peur du caca. »
Tout n’est pas devenu simple en un clin d’œil, mais la peur avait bel et bien disparu, et n’est pas revenue.

Plus de 2 ans à chercher le pourquoi du comment dans toutes les directions, psychologiques, physiques… Et un pot de pâte à modeler a tout désamorcé en 15 jours.

Alors, si vous êtes dans le même cas, ça vaut le coup d’essayer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s