Activités & bricolages du jour

Par défaut

Hier, par cette belle journée d’automne, Fiston et moi avions la pêche !

Petit tour en vélo pour aller inspecter la construction d’une maison à 1 km de chez nous et repérage de toutes les bétonnières des environs.
Au retour, comme on n’avait pas envie de s’enfermer alors qu’il faisait si beau, Fiston a jardiné pendant que je ratissais un peu. Et puis j’ai eu l’idée de dessiner un circuit au rateau dans le reste des feuilles mortes (dommage, j’avais déjà nettoyé plus de la moitié de l’allée). Mais l’idée a plu, nous avons donc tracé tous les 2 un circuit avec plein de 8, et Fiston l’a parcouru en riant aux éclats sur sa voiture rouge, qui devient vraiment trop petite pour lui mais il s’en fiche.

Un circuit, c’est bien, mais avec des panneaux routiers, c’est encore mieux ! On repêche une boîte en carton dans la poubelle, je découpe 2 ronds, on colle du scotch sur les parties qui devront rester blanches, et voilà Fiston au pinceau et à la peinture rouge pour réaliser un sens interdit flamboyant, puis avec la peinture bleue, un panneau d’obligation de tourner à droite (codifié B21-1. Le sens interdit, c’est le B1. Ne me remerciez pas, c’est un plaisir et je suis certaine que ça vous servira un jour.)

Pas la patience d’attendre que ça sèche complètement. Pendant que Fiston joue au petit pompier qui éteint un feu en choisissant le jet « pulvérisation fine » du tuyau d’arrosage (grâce à C’est pas sorcier, eh oui, encore cette émission, il a bien retenu que c’était plus efficace que le jet bâton pour se protéger et éteindre le feu), j’enlève le scotch, je perce 2 trous dans chaque panneau, j’y glisse un brin de fil de fer plastifié, et j’accroche le tout à des poteaux en plastique (de clôture électrique).
Installation (bancale, y a tellement de cailloux dans le sol que c’est impossible d’enfoncer ça de plus de 2 ou 3 cm) sur le circuit, et roule le petit automobiliste rigolard !

Puis Fiston redevient piéton et part à la chasse aux pommes de pin, glands et feuilles. D’abord pour « donner à manger à tous les animaux ». Puis j’apporte des cure-dents et, assis sur l’herbe (mouillée), nous transformons nos trouvailles en bestioles : 1 gland pour la tête, 1 gros pour le corps, 4 petits pour les sabots, des cure-dents en guise de cou, pattes et queue et voici une girafe ! 1 gland et 8 demi-cure-dents pliés, c’est une araignée ! Fiston en a planté dans des morceaux de bois pour créer 3 mille-pattes : le papa, la maman, et le bébé. Pour finir, 2 glands, 2 cure-dents, 2 grandes feuilles de chêne, et c’est une chauve-souris qui est venue se poser à côté de la girafe. Vraiment pas à l’échelle mais on les trouve jolis, nos animaux.

De retour à la maison, bien au chaud, place à l’expérimentation au gré de nos humeurs et du moment. Fiston éprouvant un certain intérêt pour les moulins à sel et à poivre ces jours-ci, je lui propose de mouliner au-dessus d’un récipient. Au sel nous rajouterons un peu d’eau chaude, nous regarderons le sel se dissoudre, puis placerons le ramequin sur le radiateur. Quelques heures après, récupération de cristaux de sel  et on recommence.
(La veille, nous avions profité d’un moulinage de sel pour nettoyer des pièces de monnaie, en y ajoutant un peu de vinaigre blanc.)
Avec le poivre, on s’est marré et on a même étonné le Barbu : moudre un peu de poivre au-dessus d’un récipient contenant de l’eau. Le poivre flotte. Tremper un doigt dans du savon liquide (gel douche, liquide vaisselle, nous avons pris un reste de produit pour faire des bulles de savon) et le plonger dans l’eau : le poivre s’écarte à toute vitesse, comme s’il avait peur. Très amusant.
(Pour l’explication : le savon liquide est un tensioactif. Dès qu’il entre en contact avec l’eau, il recouvre sa surface, repoussant le poivre par la même occasion.)

Après le dîner, encore 2 expérimentations / bricolages :

– Le « vinaigre qui danse », manip’ trouvée dans cette vidéo de la Boîte à bidouilles (un must, ce site !). On a fait les couleurs en mélangeant le vinaigre blanc avec un chouia de peinture rouge pour commencer, puis de la bleue. Cela faisait comme une lampe à lave. C’était vraiment joli, ces espèces de « blobs » qui montaient et descendaient. Au départ. Après, on a fini avec un truc violet immonde mais fort gazeux / mousseux, qu’on n’ose même plus libérer du bocal. On ne sait jamais, quand on voit ce que certains arrivent à faire avec 5 produits chimiques

– Faire des tableaux en relief. On a d’abord utilisé les graines de millet que Fiston s’amusait à transvaser d’un récipient à un autre. Puis je me suis rappelée que le Barbu, en faisant du rangement dans le garage, avait retrouvé une boîte de lait en poudre périmé de plus d’un an. Hop, boîte ouverte, on fait des dessins avec de la colle, on verse le lait en poudre dessus, on secoue doucement, on enlève le surplus et on admire.
La prochaine fois, on ajoutera de la couleur 🙂

Une bonne journée, donc !
Revers de la médaille : Fiston n’avait pas du tout, mais alors pas du tout envie qu’elle se termine, cette journée… ^^

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s