Pourquoi l’Instruction En Famille (IEF) ? – 1

Par défaut

Préambule : L’école, en France, n’est pas obligatoire. L’instruction l’est, de 6 à 16 ans.

« Les parents ont par priorité le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants »
Article 26-3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 1948.

« L’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, français et étrangers, entre six ans et seize ans. »
Extrait de l’article L131-1 du Code de l’Éducation.

« L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix. »
Extrait de l’article L131-2 du Code de l’Éducation.

Partant, les parents qui choisissent l’IEF pour leurs enfants n’ont théoriquement pas à se justifier, puisqu’il s’agit de l’un des choix légaux et constitutionnels qui s’offrent à eux, au même titre que celui de se tourner vers l’Éducation Nationale.
En pratique, il en va bien autrement.

Pourquoi les parents choisissent-ils l’IEF ?

On trouve en gros 2 cas de figures :
– ceux qui choisissent l’IEF par défaut, par conviction ;
– ceux qui se tournent vers l’IEF lorsque l’un de leurs enfants rencontre de trop gros problèmes à l’école (phobie scolaire, précocité, ennui, violences, enseignement inadapté, etc.).

Dans ces deux cas, rien n’est figé dans le marbre. Un enfant peut tout à fait commencer son instruction en famille (enfant non scolarisé), puis quelques années plus tard intégrer le système scolaire (demande de sa part, manque de disponibilité des parents…), quitte à en repartir plus tard si le contexte change à nouveau. De même, un enfant déscolarisé (c-à-d qui est d’abord allé à l’école, puis en a été retiré) peut très bien, une fois le problème réglé, réintégrer l’école (la même ou une autre).

Je développerai sans doute un jour ou l’autre ces points, à moins que Naë s’en charge, mais parlons plutôt de NOTRE motivation, au Barbu et à moi, pour ne pas scolariser Fiston.

Alors, déjà, je rappelle que Fiston a 3 ans seulement à l’heure actuelle : il n’est donc pas encore concerné par l’instruction obligatoire et nous n’avons aucune démarche à effectuer. C’est juste qu’il ne fera pas sa rentrée à la Maternelle cette année, nous ne l’avons inscrit nulle part, cela s’arrête là.
Mais pour le moment nous n’envisageons pas non plus de l’inscrire dans une école quand il aura 6 ans.

Pourquoi mouaaa nous ?

Je ne garde pas un si mauvais souvenir de ma scolarité, dans le sens où j’étais une très bonne élève et que j’aimais beaucoup la plupart de mes instituteurs / profs (mon coeur d’artichaut enfantin a même eu le béguin pour un certain nombre d’entre eux).
J’ai d’ailleurs fait de longues études (Bac + 7) : je suis passée par des classes Préparatoires, j’ai fait une école nationale d’ingénieur, un DEA, 2 ans de thèse, ce qui tendrait à prouver que je n’étais pas si mal sur les bancs de l’école.
Ou alors que j’avais peur de les quitter parce que je ne savais pas quoi faire d’autre.

Du point de vue de la fameuse socialisation dont on nous rabat les oreilles dès qu’on parle d’IEF, c’était un zéro pointé jusqu’à mes 15 ans. Si j’ai joué 10 fois (en cumulé) avec mes petits camarades pendant les récréations pendant mes 5 années de primaire, c’est le bout du monde. Et en général c’était parce qu’il manquait quelqu’un pour tenir un élastique (je ne sais pas si les enfants y jouent encore, à ça ??).
Mes premières vraies copines datent de mon année de 3e. Mon premier vrai ami (qui l’est toujours) date de la Terminale. Et c’est tout.

Ce passage de l’autobio pour expliquer ma conviction (fondée également sur d’autres témoignages et études quand même) qu’école et socialisation n’ont pas grand-chose à voir à mes yeux. Il s’agit avant tout de la combinaison du caractère de l’enfant et de la façon de vivre de sa famille. Une famille repliée sur elle-même + un enfant au caractère solitaire ou timide + IEF en ermite là-haut dans la montagne pourrait ne pas donner des résultats très heureux (m’enfin faut bien des gardiens de phare). Mais remplacez l’IEF en ermite par un poste de souffre-douleur à l’école, et ça sera peut-être pire.

Bref.

Tout d’abord, quand Fiston est né, je suis tombée par hasard sur l’information que l’école n’était pas obligatoire. Stupeur de ma part. On m’aurait donc menti ?
Ensuite, comme mon mari et moi-même avons choisi l’AR pour notre fils, que je travaille chez moi aux horaires que je veux, je me suis dit : pourquoi pas ? Cela faisait déjà pas mal d’années que je m’étais attelée à une lourde tâche : me débarrasser de la majeure partie de ce que m’avait inculqué l’école (comme l’obéissance automatique à l’autorité, par exemple, une espèce de pétrification même quand tout en moi me criait le contraire), tout ce qui n’était pas moi et qui m’encombrait. Et plus je lisais, plus je réfléchissais, plus je sentais au fond de moi que l’école classique n’était pas adaptée aux enfants.
Restait la question d’une école alternative : Montessori, Freinet, Steiner… Mais c’était cher, aucune des pédagogies ne m’emballait à 100% non plus, et de toute façon il n’y en avait pas là où nous vivions.
Bref, pour des raisons à la fois positives (envie et disponibilité pour le faire) et négatives (pas envie de mettre mon fils dans un milieu que je considère comme violent et inadapté par nature, même si bien sûr tout n’est pas noir), j’ai pris ma décision et le Barbu m’a appuyée.

Et puis durant les 3 années qui se sont écoulées, tout n’a fait que me conforter en ce sens, et je suis devenue peu à peu consciente de certaines choses.

Que celui qui a déjà vu un adulte interagir 5 minutes avec un enfant de plus de 3 ans sans mentionner l’école, sans même en faire l’essentiel de son discours, lève le doigt. (Ou pas, on n’est pas à l’école, ici, justement.)
Non, mais sérieusement, je crois que la plupart des gens (dont moi il n’y a encore pas si longtemps, mais j’avais l’excuse de ne pas aimer les enfants :P) ne savent tout bonnement pas quoi dire à un enfant, à part : « Alors, tu es en quelle classe ? Tu travailles bien ? » C’est affolant, non ? Franchement, si on ne sait pas quoi dire d’autre, autant se taire.

Quand mes frères ont appris que le Barbu et moi-même ne scolariserions pas Fiston à la rentrée, ce fut la curée. Et notamment, mais comment allait-il s’intégrer en société ?
Ah ben oui, tiens, comment ?
Apparemment, le fait d’ôter les enfants de la société 4 ou 5 jours par semaine pour les placer dans un milieu artificiel et fermé (souvent par un grillage ou une grille), où ils sont triés par date de naissance et ne peuvent interagir librement entre eux que 2 fois 15 minutes par jour, entre 2 coups de sifflet ; sous la férule d’un adulte le reste du temps et le cul sur une chaise en général, sans aucune possibilité d’évolution autre que de passer dans la classe supérieure et de remettre ça pour un an, ça leur apprend à vivre en société.
Tiens, et si au lieu de ça, on les gardait dans la société ? La vraie, avec les vrais gens ? Et pendant qu’on y est, si on arrêtait de parquer les gens, les bébés à la crèche dès 3 mois, les enfants à l’école (derrière des barreaux), les ados au collège et au lycée, les adultes au travail – sauf les parents au foyer qui sont super isolés car quasiment rien n’est prévu pour les adultes accompagnés par des enfants dans la vie de tous les jours -, les vieux en maison de retraite, les mourants à l’hôpital (même quand leur état ne le réclame pas) et les morts à la morgue à peine le dernier soupir envolé pour libérer le lit ?
Si au contraire on mélangeait tout le monde, si on en prenait le temps ? Les bébés adorent les vieux, et souvent réciproquement. Les ados aiment souvent s’occuper des enfants, qui n’ont pas peur des malades ou des mourants.
Si on arrêtait ce culte de la séparation ?
Si on arrêtait d’avoir peur ?

Publicités

"

  1. Pingback: Pourquoi l’Instruction En Famille (IEF) ? – 2 « Le blog de MelyNaë

  2. Merci !
    Je découvre ton blog qui est très chouette, dis donc, je sens que je vais piocher des idées dedans pour Fiston 🙂

  3. Yep. J’ai vraiment ressenti cela très profondément quand ma grand-mère s’est retrouvé pendant des mois à l’hôpital avant de mourir, dans un service interdit aux moins de 15 ans. Pour des raisons valables, bien sûr, mais j’ai vu aussi certains de mes neveux et nièces empêchés d’aller la voir (alors qu’il aurait été possible de faire une exception vu la situation) pour « garder un bon souvenir de leur arrière-grand-mère ».
    J’ai vu ma mère complètement paniquée quand je lui ai dit que moi j’emmenais Fiston (moins de 3 ans à l’époque) la voir une dernière fois, persuadée que ça allait le traumatiser (elle avait beaucoup maigri, avait subi des amputations, etc). Elle a essayé de m’en dissuader pendant des jours, au point de presque me faire douter, alors que j’étais au départ convaincue qu’il ne serait pas impressionné le moins du monde.
    Et, bien entendu, ça s’est très bien passé. Fiston a trottiné dans les couloirs, a vu son arrière-grand-mère qui a eu beaucoup de mal à se réveiller mais qui s’est rendu compte qu’il était là, il lui a dit « mamie » et c’était la première fois qu’il disait ce mot-là, il lui a montré ses jouets, lui a embrassé la main, et est reparti gaiement 5 minutes plus tard car elle n’arrivait plus à émerger. Mais le lendemain, elle se rappelait sa visite.
    Le jour de son enterrement, quelques semaines plus tard, il se souvenait très bien d’elle, et moi j’étais heureuse qu’ils se soient revus – même si dans l’idéal j’aurais aimé qu’on ait tous été présents autour d’elle pour ce moment-là comme dans « la mamma »…

  4. Pingback: Comment l’IEF – 4. “… Et je ne suis jamais allé à l’école” « Le blog de MelyNaë

  5. Pingback: IEF & préjugés – 3 « Le blog de MelyNaë

  6. Bonjour Camille,
    AR signifie ‘Accompagnement respectueux’, il est parfois employé comme synonyme d’Éducation non violente (ENV).

  7. Pingback: Bingo du nonsco – A1 : obligatoire | Le blog de MelyNaë

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s